Plus de deux ans après sa présentation lors du Salon de Genève 2019, la Rimac C_Two débarque en version définitive. L’hypercar croate change au passage de nom et devient la Nevera, même si elle conserve la philosophie du concept.

Les lignes de la version de série sont les mêmes que le prototype, mais la Nevera se pare notamment d’une teinte plus conventionnelle et de jantes spécifiques. Au niveau des performances, elle est à la hauteur de la C_Two qui la préfigurait.



Conception et design de la Rimac Nevera

La structure de la voiture n’est qu’une seule pièce de carbone de l’avant à l’arrière, sous laquelle le pack batterie s’intègre. C’est la plus grosse pièce unique de carbone dans l’industrie automobile, et elle pèse cependant moins de 200 kilos.

Le directeur du design, responsable du projet Nevera, est Adriano Mudri, qui travaille chez Rimac à ce poste depuis le début de l’aventure. Il voulait créer une voiture plus efficiente, plus athlétique, mais surtout plus moderne que la Concept One.

Le refroidissement de la batterie a dicté le design de l’hypercar, qui s’effectue depuis l’avant de la voiture. Le groupe motopropulseur avant ne génère pas beaucoup de chaleur, car il est très efficient, contrairement à la batterie.

Une hypercar électrique prête pour le circuit

La sortie d’air sur le capot s’ouvre plus ou moins selon le besoin de refroidissement de la batterie, et elle sert également à rediriger le flux d’air vers l’arrière de la voiture. Les entrées d’air sur le bouclier avant n’ont que peu vocation à refroidir le moteur avant.

Le flux est redirigé vers les radiateurs arrière, où le moteur le plus puissant a davantage besoin de refroidissement. L’air ressort à l’arrière du capot et fonctionne avec l’aileron mobile pour offrir plus d’efficience ou plus d’appui.

Sur les flancs, la partie carbone entre le bas de caisse et le capot moteur affiche trois LED qui indiquent l’état de charge de la voiture. Les portières ont été conçues pour faciliter l’accès à la voiture aux personnes de tous gabarits, et ce malgré une position basse.

La voiture enregistre ses données télémétriques et propose au conducteur de les consulter en temps réel. Dans le cas d’une session filmée sur circuit, deux caméras sont actives en permanence à l’intérieur. La première scrute la route pour faire une vidéo embarquée et sert de dashcam, tandis que la seconde fixe le conducteur.

Moteurs et performances de la Rimac Nevera



La puissance du groupe motopropulseur de la Nevera s’élève à 1,40 MW, soit l’équivalent de 1 914 chevaux. Le moteur installé sur le train avant développe deux fois 280 Nm de couple pour actionner les roues avant.

À l’arrière, le moteur est bien plus performant. Celui-ci développe 900 Nm par roue, mais Rimac précise que les deux moteurs ne sont pas conçus de manière similaire et fonctionnent indépendamment.

Le couple total est de 2 360 Nm, et la vitesse de pointe de la Nevera est de 412 km/h. Le 0 à 100 km/h s’effectue en 1,97 seconde, et le 0 à 300 km/h en 9,3 secondes. Cependant, ces performances ne sacrifient pas le comportement de la voiture, qui a été conçue pour être stable et agile.

Batteries et autonomie de l’hypercar électrique

Comme expliqué précédemment, le pack batterie a nécessité une adaptation du design de la Nevera pour faciliter son refroidissement. Cela s’explique par le fait qu’en plus de performances impressionnantes, l’hypercar ne sacrifie pas son autonomie.

Composé de 6 960 cellules, le pack batteries affiche une capacité de 120 kWh. Cela confère à la Nevera une autonomie en cycle WLTP de 550 kilomètres, selon les premières simulations confirmées lors des tests d’homologation.

Design intérieur et fonctionnalités de la Nevera

Le design de l’intérieur a été pensé pour que toutes les informations et fonctionnalités essentielles à la conduite soient accessibles facilement pour le conducteur. Au-dessus de l’écran tactile central, les réglages de fonctionnement du moteur s’effectuent via des molettes entourant de petits écrans indicateurs.

Le sélecteur de conduite est à gauche du conducteur, tandis qu’au centre, il est possible de choisir les modes de conduite avec une des molettes. La deuxième permet de personnaliser ces différents modes. Rimac explique que l’écran tactile est secondaire, d’où son positionnement plus bas que les trois mollettes contrôlant l’aspect mécanique de la Nevera.

Prix et commercialisation de la Rimac Nevera

Il y a eu trois types de prototypes : expérimental, de validation et présérie. Les versions de présérie seront terminées dans le mois à venir, et la plupart serviront pour l’homologation et les crash-tests. Dans les mois qui suivront, Rimac va produire les versions de série à un rythme de production d’une voiture par semaine.

Rimac fabriquera 150 unités de la Nevera, entièrement configurables par les acheteurs. Des finitions GT, Signature et Timeless seront disponibles, et le PDG de l’entreprise, Mate Rimac, signera chaque exemplaire. La commercialisation se fera en fin d’année au prix de 2 millions d’euros l’unité.