Renault : le moteur de la Mégane électrique est made in France


À Cléon, Renault vient d’inaugurer la ligne de production du moteur électrique de 160 kW, utilisé par la Megane E-Tech.

Publicité

La France sera le cœur de l’activité électrique de Renault. Et le Losange s’est engagé à avoir dans l’Hexagone une majorité des activités industrielles liées à ce type de motorisation. En clair, il n’est pas question de faire juste l’assemblage final en France avec des batteries et moteurs produits ailleurs.

Une grande partie des moteurs électriques sera ainsi produite à Cléon, non loin de Rouen. La transition vers l’électrique de cette usine historique de moteurs et boîtes de vitesses, inaugurée en 1958, est bien sûr déjà entamée. Depuis 2015, elle produit les blocs pour les Zoé, Twingo, Kangoo et Master. En 2021, sur 934 459 organes mécaniques, 34 % étaient des électriques.

La transformation s’accélère. La marque vient d’inaugurer la production à Cléon du moteur électrique « ePT-160kW », un bloc de 160 kW donc, qui est utilisé sur la Megane E-Tech. Celui-ci se retrouvera également dans les entrailles du nouveau Scenic, attendu en 2023. C’est un moteur synchrone à rotor bobiné, une technologie que Renault préfère au moteur à aimants permanents, car elle offre selon la marque un meilleur rendement.

À lire aussi Visite de l’usine de Douai : comment est fabriquée la Renault Mégane E-Tech électrique ?

Pour produire plus de moteurs électriques (et hybrides) à Cléon, Renault a investi 620 millions d’euros sur ce site depuis 2018. 8 000 m² ont été rénovés pour la production de l’ePT-160 kW. L’atelier comprend quatre chaînes d’assemblage et deux lignes de bobinage, avec une capacité de production de 120 000 moteurs par an. Mais avec la flexibilité de ces lignes, Renault peut déjà envisager d’en produire 240 000 par an.

À partir de 2024, Renault produira à Cléon un nouveau moteur de 100 kW, notamment destiné à la R5. À cette date, Cléon pourra sortir 500 000 moteurs électriques par an (et un peu plus de 500 000 hybrides). Puis en 2027, s’ajoutera un bloc de 200 kW dit de nouvelle génération, conçu sans terres rares et développé en partenariat avec Valeo et Valeo Siemens eAutomotive.

À lire aussi Renault Scenic Vision : Notre découverte du futur Renault Scenic électrique
Publicité


Sur le même sujet

Commentaires

Copyright © 2022 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre