bercy-voiture-electrique

Sur les mois de janvier et février 2014, les ventes de voitures électriques sont en baisse par rapport à l’année dernière alors que l’offre est plus abondante et le public mieux renseigné. Quelle est donc l’explication à ce phénomène ?

Les ventes de voitures électriques (VP) sont en baisse sur les deux premiers mois de l’année par rapport à 2013 et selon mes informations, il semble que le mois de mars soit pour l’instant également très décevant en terme d’immatriculations.



Pourtant, l’offre s’est élargie et le leader du marché, Renault, a amélioré son offre et a repris la publicité, à la télévision notamment. Je dirai même que le public est de mieux en mieux informé et sensibilisé au véhicule électrique.

Alors qu’est-ce qui justifie ce recul des immatriculations, alors même que le marché de la voiture électrique devrait progresser ?

Je pense que la principale explication, même si elle n’est pas unique, est à chercher du côté de la modification du bonus écologique pour les véhicules électriques.

Ce n’est pas la baisse du bonus qui est passé de 7 000 € à 6 300 € suite à un décret paru début novembre 2013 qui impacte aussi fortement les immatriculation. C’est plutôt une petite phrase, lourde de sens, qui vient réduire fortement le bonus en cas d’acquisition d’une voiture électrique via la LDD ou la LOA.

L’AVERE France vient d’ailleurs de dénoncer cette situation : « en modifiant l’assiette dans le décret du 30 octobre 2013, les pouvoirs publics ont introduit une différence de traitement qui pénalise les personnes faisant le choix de la location longue durée ou avec option d’achat à hauteur de plus de 2 000 €. De ce fait, les offres les plus abordables sont aujourd’hui remises en cause, ce qui risque de porter gravement atteinte au développement des ventes de voitures électriques ».

En clair, avant ce décret, le bonus de 7000 € s’appliquait complètement en cas de LOA ou de LDD. Désormais, avec ce décret, le bonus de 6300 € ne peut dépasser 27% de la somme des loyers pour la période de location concernée. À l’arrivée, cela fait baisser très fortement le bonus et pénalise les citoyens qui n’ont pas les moyens – ou l’envie – d’acheter une voiture électrique en cash et préfèrent s’orienter vers la LOA ou la LDD.

Selon mes sources, près de 50% des voitures électriques sont immatriculées via des offres de location de ce type…

Concrètement, ce décret pose des problèmes dans les concessions, par exemple pour l’application des offres à partir de 169 € / mois sur lesquelles les constructeurs ont largement communiqué. C’est d’ailleurs en partie ce qui explique que certains concessionnaires rechignent à proposer ces offres ou repoussent les vente dans l’espoir que la situation évolue.

Bref, il est urgent que Bercy réagisse et corrige les règles.



Une intense partie de lobbying a démarré pour faire modifier ce décret et 3 ministères sont concernés : le Ministère du Développement Durable, le Ministère du Redressement Productif et le Ministère des Finances. Selon mes informations, les deux premiers ministères seraient d’accord avec le fait qu’il faille corriger le décret mais ça coince au niveau de Bercy (Ministère des Finances), trop content de pouvoir récupérer un peu d’argent pour les caisses de l’Etat…

Pourtant, Bercy vient de se voir offrir par Nissan une borne de recharge rapide pour sa flotte de voitures électriques ainsi que des bornes Schneider à 22 – 3 kW. L’inauguration a été faite par Arnaud Montebourg qui s’est fendu d’un tweet pour montrer son enthousiasme pour la voiture électrique:

J’espère donc qu’au-delà de la communication et des mots, nos ministres vont se dépêcher de mettre à jour ce décret, qui pénalise toute la (fragile) filière du véhicule électrique et surtout, les consommateurs. En ces jours de pics de pollution, nos dirigeants devraient comprendre l’intérêt d’une aide pour l’acquisition de véhicules électriques…