Kia utilise pour la toute première fois des cellules de batterie CATL pour la nouvelle génération du Niro EV alors que le constructeur n’utilisait jusqu’ici que des éléments en provenance de manufacturiers sud-coréens pour ses voitures électriques. Pour quelle raison ? Le coût, tout simplement.

C’est le journal sud-coréen Hankook Ilbo qui rapporte l’information jusqu’ici tenue secrète, mais obtenue auprès d’un responsable de la marque : le pack de batterie à la capacité de 64,8 kWh du nouveau Kia Niro électrique se compose de cellules lithium-ion nickel-manganèse-cobalt (NMC) produites par l’équipementier chinois CATL alors qu’elles provenaient jusqu’ici de Corée du Sud.

À lire aussi Essai Kia Niro EV 2022 : nous avons essayé le nouveau SUV électrique en exclusivité

La raison principale de passer de SK Innovation (devenu SK On) à CATL en tant que fournisseur de cellules vient sans aucun doute possible de leur coût inférieur, même si la source ne voulait pas commenter sur ce sujet en particulier, jugeant l’information confidentielle. Selon l’Hankook Ilbo, Kia prévoyait dans un premier temps de passer de SK On à LG Energy Solution, un autre compatriote, mais la différence aurait été faite au niveau du prix inférieur des CATL non seulement grâce aux économies d’échelle réalisées, mais aussi à la chimie des cellules utilisée. LGES et Sk On proposent en effet des cellules NMC 811, contenant une plus grande quantité de nickel afin d’atteindre une plus grande densité énergétique, alors que CATL utilise des cellules moins modernes, qui privilégient le cobalt, ce qui est bon pour la vitesse de charge à basses températures, mais qui se payent en matière de densité énergétique.

Toujours selon le journal, le fait de voir des manufacturiers de cellules chinois se frayer un chemin sur le sol sud-coréen créé quelques tensions locales : de nombreux clients ont manifesté leur déception et certains d’entre eux souhaitent même annuler leur commande. L’Hankook Ilbo manifeste aussi son inquiétude à propos des cellules elles-mêmes : « C’est la première fois que CATL, qui s’est fait principalement connaître avec ses batteries lithium-ion-phosphate (LFP), se lance dans la production de masse de batteries NMC pour des voitures. Cela signifie que leur qualité et leur sûreté n’ont pas encore été démontrées ».

Mais on peut voir ici peut-être un excès de chauvinisme ou une nouvelle manifestation des tensions de très longue date entre Chine et Corée du Sud puisque CATL fournit déjà des batteries NMC à, entre autres, BMW pour l’iX3 et Mercedes pour les EQE et EQS.