Objectifs CO2 : dans l’automobile, un passage à l’électrique obligatoire

Un nouveau rapport de l’organisation Transport & Environment (T&E) révèle que la quasi-totalité des groupes automobiles devront électrifier lourdement leurs voitures pour respecter la future limite européenne en matière d'émissions de CO2.

Un nouveau rapport de l’organisation Transport & Environment (T&E) révèle que la quasi-totalité des groupes automobiles devront électrifier lourdement leurs voitures pour respecter la future limite européenne en matière d’émissions de CO2.

La pollution automobile est autant dans l’actualité cette semaine que les nouveautés de Francfort. Ceci via un rapport publié par l’ONG Transport & Environment ce mardi 10 septembre. L’association européenne met en lumière le retard conséquent de l’industrie automobile sur la future réglementation de 2021 sur le CO2. Mieux, elle détaille groupe par groupe, et indique les solutions à adopter, dont une électrification massive.

Plus de pollution ? La faute aux SUV

Premier enseignement, T&E rappelle que le taux de CO2 baisse très peu en Europe (-5 g/km en 5 ans). Un constat souvent rapproché à la chute des ventes de diesel par rapport à l’essence, ce qui est faux. Cette cause n’est responsable que de 0,25 g/km supplémentaire en moyenne, contre dix fois plus (2,6 /km) pour la croissance des SUVs. La hausse de la puissance n’est pas non plus à négliger avec une moyenne passée de 110 chevaux en 2005 à 130 en 2018. Normal, il faut à la fois répondre aux exigences des gros SUV tout en compensant la hausse de poids des véhicules dont la moyenne a progressé de 120 kilos en 15 ans.

Le rapport illustre aussi la nouvelle dépendance au SUV chez les différents constructeurs sur les 5 dernières années. Chez Renault, la part a progressé de 17 à 32% de 2013 à 2018, de 13 à 37% chez PSA et de 7% à 27% chez Ford.

Le Renault Captur II, SUV disponible en hybride rechargeable en 2020

La majorité d’entre eux est toutefois parvenue à réduire l’augmentation de l’empreinte carbone relative de leurs SUV par rapport aux berlines classiques. Par exemple, Toyota a baissé de +45% à +10% la différence de rejets de CO2 en apportant les C-HR et RAV4 hybride. FCA a réduit la pollution de ses diesel et essence, passant de +46% à +14%. La moyenne actuelle a ainsi plongé de +24% à +14%, avec pour meilleurs acteurs PSA (+4%), BMW (+6%) et Kia (+8%).

Il va falloir investir dans l’électrique

En 2021, les constructeurs devront respecter une moyenne de 95 g/km de CO2. Un objectif qui restera toutefois variable pour chacun d’eux. Jaguar-Land Rover aura droit à 130,6 g/km, PSA et Renault à 91,3 et 91,7 g/km. Nous avions vu avec JATO Dynamics que ces objectifs seraient compliqués à atteindre, avec des pénalités lourdes à la clé. Ici, T&E appuie sur la part nécessaire de véhicules à électrifier pour ne pas subir le couperet et de lourdes amendes. En complément, d’autres méthodes comme la baisse du CO2 des moteurs thermiques et l’incitation à l’achat de véhicules propres seraient mineures et insuffisantes juge l’association.

En 2018, FCA, Ford, Mazda et Honda ne vendait encore aucune hybride rechargeable ou électrique. PSA, Toyota sont proches de 0%, Volkswagen à 1,4%. Mitsubishi se distingue avec son Outlander PHEV (15,3%), BMW avec l’i3 (6,7%), Volvo avec et ses rechargeables (6,4%) ou Nissan avec sa LEAF (6,2%).

La Honda e ne suffirait pas pour éviter des pénalités à la marque…

Toutefois, pour 2021, il faudra que certains revoient totalement leur copie. Exemple, Honda va devoir écouler beaucoup d’unités de sa citadine « e », 16% exactement s’il veut respecter son taux, 11% si la marque applique de sérieuses réductions de CO2 dans sa gamme et la fin de vente des modèles les plus polluants. PSA et Renault semblent mieux lotis, nécessitant 10% sans mesures forcées, et 2 à 3% avec l’ensemble de méthodes.

Mais en comparant avec les intentions de ventes actuelles, Hyundai-Kia, Mitsubishi, Ford et Volkswagen sont cependant loin de l’objectif. Enfin Toyota et Mazda devraient passer le cap sans souci, tout comme Nissan et Daimler. Reste l’inconnue FCA, qui a déclaré récemment vouloir se passer de l’achat de quota de Tesla ces deux prochaines années.

4.3
11
Matthieu LAURAUX

Lire les commentaires

  • Et bien, l'électrification des véhicules SUV est encore trop chèr cause du prix, et les constructeurs ne sont pas près avec les VE pour affronter le manque à gagner de pieces de rechange, plutôt que de couper la poire en 2 pour electrifier leur gamme! C'est un problème d'éconnomie et de recherche - s'y il y aurait déjà une batterie entre 70 et 150kw à partir de 2000,00 € (je parle ici de chiffres tout à fait réalisables, si les ressources ne doivent pas être transportés à plusieurs milliers de km de distance... comme le carbonate de Lithium qui provient des Sales de Jujuy en Argentine, du Chilé, du Péru, de Bolivie par exemple) - je pense que les constructeurs attendant la recherche scientifique qui nous prommet des batteries solides beaucoup moins onéreuses et moins polluantes é réaliser dans un future proche et l'Industrie Automobile Internationale n'est pas près a céder le "gateau juteux" d'une économie mondiale, même si elle se soumet au normes anti-pollution drastiques de la Commission Européenne (CE)… Donc, le premier chercheur qui découvre un matériau (par exemple un nanocrystal avec une couche polymère (anode et cathode constituent aussi encore une part de recherche intense) facile à produire pour les batteries et accumulateurs du futur à faible coût de production) rejoindrons l'association de constructeurs qui produiseront des véhicules avec une Technologie 48V pour des batteries à grande capacité énergétique (entre 100 et 250 A) et rechargeables en quelques minutes par induction - aussi ils devront se mettre d'accord sur une norme européenne, voir internationale certifié IEE...) Donc il y a encore beaucoup de recherche à fournir et à investir pour produire avec un seul but la voiture la plus verte… Les constructeurs européens et américains qui ne desire pas être dépassé par l'industrie automobile chinoise toujours plus attaquante avec des modèles performants low cost et haut de gamme, devront s'intensifier massivement dans l'électrification de leur gamme, mais comment faire si differentes technologies des batteries et autres (nouveaux moteurs électriques plus performants et moins gourmand en éléctricité) voient le jour (malgré seulement des prototypes)…

  • Il faut réduire le taux de CO2 et on nous présente fièrement des "tanks" hybrides rechargeables. Bon, "what else".

  • ça permet aussi et surtout de fabriquer des nouvelles taxes a l'achat. et qui paye ???
    ils sont pas si pressé que ça, comment récupérer les milliards de taxe sur le pétrole ???
    qu'ils s'occupe déjà du réseau de charge !!

  • Oui, pour réduire encore le CO², il faut « électrifier » le moteur thermique, c’est prévu ! Voire mieux, déjà proposer le Flex-fuel de base sur tous les modèles essence (+300€), qui permettrait d’atteindre déjà les objectifs de 2025 (75gCO²/km). Et hop, plus de pénalité …
    §

  • "Normal, il faut à la fois répondre aux exigences des gros SUV tout en compensant la hausse de poids des véhicules dont la moyenne a progressé de 120 kilos en 15 ans."

    La hausse de poids signifie un gaspillage de ressources, et une surconsommation due a la resistance des pneus.

    On pourrait aussi mentionner un Cx et pire encore un SCx en moyenne bien plus eleve, et la surconsommation qui va avec, due a la resistance de l'air....

    • Le surpoids est lié à l’augmentation des normes de sécurité, des équipements de confort.
      Qui veut se passer de la clim ou des vitres électriques ?
      Les VE sont loin d’etre Vertueuses:
      Une Renault Zoé 1450kg à vide
      Une Renault Clio VT 1215kg.

      Sortez les vélos à pedale et prenez le bus... c’est la seule vrai solution

  • Ça serait bien de faire un tableau avec les émissions par constructeurs en 2018 et la target en 2021. Ainsi que la part de véhicules électriques et hybride rechargeable. C'est quoi le taux de Renault avec la Zoé ? 40000 Zoé pour plus de 2 millions de véhicules vendus, en Europe ? Soit moins de 2%? Baisser de 10 à 20% les émissions de CO2 alors qu'elles n'ont pas baissées du tout depuis 5 ans va être un beau challenge ! Il va enfin falloir proposer une gamme électrique (et pas un modèle) et pousser pour faire du volume.

  • D'une 'manie-erre' 'gênée-râles', depuis que 'L'IN-DUST-TRIE' est sous la coupe réglée d'intérêts privés abusifs, où les options finissent par alourdir le véhicule et coûter plus cher que le juste suffisant, tout présenté en fioritures trompeuses vendues "indispensables", plus rien ne peut être espéré de ce type de capitalisme !

    Comme les grands corps de l'Etat, via l'ENA et ses sélections de soumis au système (faire semblant de résoudre les problèmes sans trop rien changer, sinon le minimum...), s'ajoute à l'hypnose collective, pour des coûts dispendieux (tel que dans le nucléaire et autres inflations abusives), sans vouloir suffisamment corriger les problèmes mondiaux de pollutions industrielles, de surpopulations exportées, de densités urbaines folles..., il faudra un changement organisationnel rigoureusement éthique majeur pour inverser la tendance et vraiment faire évoluer cette civilisation aveuglée par quelques prouesses technologiques, vers réellement mieux !

    Ce sont des options globales de fond à faire, pas juste du lustrage de carrosserie (avec care-rosses-rient) d'abord, avant de ne plus s'imaginer possible de continuer à faire semblant que cette société invalide puisse continuer de cette 'manie-erre' !

    Exemple de reconversion significative décisive côté engrais non à base de pétrole et de phosphate : https://sciencepost.fr/et-si-lon-remplacait-les-engrais-chimiques-par-de-lurine-humaine/

    • Reprenez votre souffle Jack ! Avec des phrases pareilles vous allez nous faire un COLLE APS SUS;
      Vous êtes le petit fils de Boby Lapointe?
      Ah ça nous promet encore de bons moments !

    • Ce sera plus simple, mais inquiétant : les lois de la physique devront être appliquées un jour ou l'autre (certainement dans le demi-siècle, voire plus tôt). La grande faiblesse de l'humanité, c'est le libéralisme. Dans un monde contraint, il n'y aura pas de place pour le libéralisme (dont la définition est de ne pas subir un monde grégaire). Lorsqu'il n'y aura plus suffisamment de ressources, ou plus suffisamment d'énergie, ou dans des modes complexes à utiliser, le libéralisme s'éteindra de lui-même. Il restera deux attitudes : soit la solidarité, soit rester libéral dans la marginalité, car les lois politiques finiront par suivre la physique, ce qui a déjà commencé (le sujet de cet article commenté).
      Se marginaliser signifie le conflit. Donc le choix est très clair : solidarité ou guerre civile.
      Simple, basique.

        • Il te reste un certain temps pour deviner, lol.
          Enfin, pas lol, car si le modèle solidarité n'est pas un jour adopté, on se tapera dessus, c'est une très grosse probabilité malheureusement.

  • "En 2021, les constructeurs devront respecter une moyenne de 95 g/km de CO2. Un objectif qui restera toutefois variable pour chacun d’eux. Jaguar-Land Rover aura droit à 130,6 g/km, PSA et Renault à 91,3 et 91,7 g/km."
    Malheureusement on omet de nous dire pourquoi.
    La raison est simple l'objectif est fonction de la masse moyenne des constructeurs.
    PSA ayant une masse moyenne inférieure à 1 379,88 kg, leur objectif est inférieur à 95 g.
    Leur masse moyenne est actuellement de 1270 kg environ.
    Avec des e208 de 1455 kg et des PHEV de plus de 1750 kg, la masse moyenne remonte mécaniquement.
    En supprimant les 108 et C1 de 840 kg, la masse moyenne remonte mécaniquement.
    Avec des bonis pour les véhicules produisant moins de 50 g au roulage (e208 et PHEV), la moyenne des émissions baisse.
    En supprimant les véhicules les plus émetteurs, la moyenne des émissions baisse (208 GTI et V6, etc.).

    Voilà comment on arrive à moins de 2 % de ventes de véhicules électriques pour atteindre l'objectif remonté à 95 g.
    Ceux qui espèrent des ristournes sur la e208 ou la CorsaE peuvent aller se rhabiller.
    Les PHEV vont être vendus aux flottes et les e208 et CorsaE vont alimenter le service FreeMove.

    • Le plus drôle c'est le cas de Suzuki qui compte tenu d'un faible volume de vente en Europe a un objectif de diminution de ses émissions de 2015.
      Jusqu'à 2025, Suzuki peut se contenter de réduire la masse de ses véhicules et des les hybrider un peu. Ce qu'il fait très bien au demeurant.
      Comme en 2025, la règle doit intégrer un calcul en ACV, ils ont le temps de voir venir.

      Et bien entendu un véhicule même thermique léger est beaucoup plus efficace pour réduire la pollution qu'un lourd véhicule électrique.

      • Un lourd VE ça n'est pas forcément la norme. J'ai une Mia L qui fait 850 kg à vide. Pour rouler jusqu'à 100 km\h il lui faut 20 CV. Une moto 125 qui fait 150 kg nécessite 15 CV (et roule jusqu'à 130 ok, mais avec deux passagers seulement). Si les thermiques ont besoin d'autant de puissance c'est aussi du fait des pertes d'énergie en chocs mecaniques, chaleur, etc...

        • Les Mia étaient produites en micro séries ce qui les exemptaient de certains devoirs en terme d’homologation, c’etait Donc possible de faire un vehicule de 850 kg, ce qui est impossible avec la grande série.
          De mémoire les VE Autolib, blucar et E-mehari sont dans Le même cas.

      • « Et bien entendu un véhicule même thermique léger est beaucoup plus efficace pour réduire la pollution qu’un lourd véhicule électrique. »

        Tout dépend de l’utilisation. Sur autoroute, oui, en ville, le mieux c’est aucune voiture. En périurbain et campagne, le VE est plus efficace.

        • @Aphilas
          "en ville, le mieux c’est aucune voiture", c'est bien ce que je dis depuis très longtemps.
          Cependant pour un certain nombre de déplacements, la voiture reste encore le moyen le plus efficient.
          Pour un urbain, qui se passe de voiture, pour les trajets indiqués précédemment un véhicule thermique léger créera moins de pollution que la lourde voiture électrique capable d'assurer le même service sans contrainte.

          Cela démontre toute la débilité à la fois de la règle européenne mais aussi des politiques voulant imposer la voiture électrique. Ces derniers politiques seraient bien plus inspirés la fin de la voiture dans leur ville, à l'exemple de PONTEVEDRA.

Partager
Publié par
Matthieu LAURAUX

Articles récents

Voiture électrique : un bonus réduit en 2020 ?

Relativement épargné depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, le bonus accordé aux voitures électriques pourrait être revu à la…

20 octobre 2019 11:40

Peugeot e-208 vs e-2008 : duel citadine-SUV électrique

La seconde génération de la citadine Peugeot 208 s’est convertie à l’électrique, tout comme son dérivé SUV 2008. Automobile-Propre vous…

19 octobre 2019 06:51

Une Renault Twingo électrique en 2020

La Twingo sera électrique dès l'année prochaine selon les déclarations d'un cadre de Renault au média britannique Autocar.

18 octobre 2019 17:54

Ford Kuga hybride rechargeable : prix et équipements en détails

Décliné en cinq niveaux de finitions, le Ford Kuga hybride rechargeable débute à partir de 38.600 €.

18 octobre 2019 09:30

Mobilité électrique : Au Mans, le circuit inspire 4 startups

Si la journée XMobility, dont la 2e édition était programmée le 8 octobre dernier, a vu le jour au Mans,…

17 octobre 2019 15:54

Expert, Jumpy, Vivaro : les fourgons électriques PSA pour 2020

Les utilitaires compacts Peugeot, Citroën et Opel auront leur version électrique en 2020, a confirmé le groupe français. La boucle…

17 octobre 2019 13:43

Ce site utilise les cookies.