Attendue en 2023, la Renault 5 Prototype incarne le futur électrique de la marque au losange. Nous avons pu la découvrir lors d’une présentation statique organisée à Paris. L’occasion de nous entretenir avec l’un des pères du projet.

Révélée lors de la Renaulution, la Renault 5 Prototype annonce la renaissance électrique de la mythique citadine des années 70. En charge des concepts-cars chez Renault, François Leboine nous explique la philosophie du modèle.



De nombreux clins d’œil

En matière de design, la filiation avec la Renault 5 d’origine est claire. On retrouve ainsi la silhouette particulière, la calandre arrondie ou encore les ailes galbées empruntées à la R5 Turbo. Les éléments d’époque sont naturellement complétés par une touche de modernité. Les optiques intègrent ainsi les dernières technologies lumineuses tandis que le bouton-poussoir intégré aux portières est remplacé par un lecteur d’empreinte digitale. L’entrée d’air de la R5 a également été détournée pour être transformée en trappe de recharge.

Cette Renault 5 Concept annonce également le recours à de nouveaux matériaux. Clin d’œil au toit vinyle utilisé sur les modèles d’époque, le concept intègre sur son toit une texture tissée qui tranche avec le jaune de la carrosserie. « C’est un clin d’œil, mais aussi un jeu sur les matières qui est très contemporain. Le futur sera de plus en plus basé sur des matériaux nouveaux », nous explique le designer de Renault. Une voie déjà empruntée par la Renault ZOE qui, dans certains niveaux de finitions, fait appel à des matériaux recyclés.

Du côté des dimensions, la nouvelle Renault 5 s’adapte aux nouveaux codes de l’automobile. « C’est une voiture de notre époque, mais dont les proportions sont basées sur celles qui évoquent la R5 », résume François Leboine. Avec 3,96 m en longueur, cette R5 concept affiche 44 cm de plus que la première Renault 5 (3,52 m). Par rapport au reste de la gamme du constructeur tricolore, elle est placée à mi-chemin entre la petite Twingo (3,61 m) et la Renault ZOE (4,08 m). Avec les rétroviseurs, elle s’étend sur 2,03 m en largeur pour une hauteur de 1,52 m. Hormis la largeur qui devrait être plus réduite, le modèle définitif devrait garder les mêmes portions.

Renault 5 (origine) 3,52 m
Renault Twingo 3.61 m
Renault 5 concept 3,96 m
Renault ZOE 4,08 m
Renault 5 : ancien et nouveau modèle côte à côte

Si elle reprend l’ADN du modèle d’origine, la nouvelle Renault 5 adapte ses dimensions aux modèles de son époque

Un intérieur néo-rétro

Pour l’heure, Renault n’a pas ouvert les portes de sa Renault 5. « Il est évident que l’intérieur fonctionnera avec l’extérieur en jouant sur les deux tableaux. Il y aura à la fois des liens historiques sur ce que fut la R5 et en même temps un contenu technologique digne d’une voiture de 2023 », promet François Leboine.

En attendant d’en savoir plus, le constructeur nous offre déjà quelques indices. On aperçoit ainsi au travers du pare-brise un vaste dispositif d’affichage tête haute. Sur la partie logiciel, l’ordinateur de bord devrait reposer sur une plateforme Android et intégrer nativement les différentes applications de Google.

Jouer sur l’émotion

La philosophie de cette future R5 électrique tranche radicalement avec l’actuelle Renault ZOE. Il faut dire que le marché de l’électrique a beaucoup changé. Lors de son lancement en 2013, la ZOE était seule sur son segment. Ce n’est clairement plus le cas aujourd’hui ! La marque va ainsi devoir être plus originale si elle souhaite se démarquer de ses concurrentes.

Une petite urbaine avec « la bonne autonomie, la bonne compacité et une gueule d’enfer ! » Tel est le concept de cette nouvelle citadine qui est amenée à remplacer la Twingo ZE et la ZOE dont les fins de carrière sont programmées à horizon 2023-2024.



« La Renault 5 est le 2.0 de l’électrique de Renault et va venir chercher une nouvelle clientèle séduite par des véhicules à forte personnalité comme la Fiat 500 ou la Mini. Ce que l’on veut, c’est aller chercher des gens qui sont chez Renault, mais aussi ceux qui ne le sont pas » résume François Leboine.

En charge des concepts-cars chez Renault, François Leboine nous explique la philosophie de cette nouvelle Renault 5 électrique.

Des caractéristiques à préciser

Capacité batterie, autonomie, motorisation… il est encore trop tôt pour évoquer les caractéristiques de cette nouvelle citadine. Renault confirme toutefois qu’elle sera conçue sur la plateforme CMF-B EV, dérivée électrique de celle qui anime le Captur. Renault visant à la fois un usage citadin et un tarif abordable, il est plus que probable que la capacité du pack soit proche des 52 kWh de la ZOE actuelle. Une façon pour le constructeur de tenir ses objectifs prix, mais aussi de ne pas cannibaliser la future Renault Megane électrique sur le segment supérieur.

Sur la partie motorisation, on devrait là aussi retrouver des caractéristiques proches de la ZOE, déclinée en 110 et 135 ch. Démocratisation de l’électrique oblige, il est toutefois très probable que la marque propose une version sportive RS.

Attendue à l’horizon 2023, la nouvelle Renault 5 électrique sera assemblée à Douai (Nord). Son tarif n’est pas encore annoncé, mais pourrait tomber sous la barre des 20 000 € pour les versions d’entrée de gamme.

Et vous ? Que pensez-vous de cette R5 électrique ? Quelle serait sa configuration idéale ? N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires et sur le forum dédié à la Renault 5 électrique.