Depuis quelques jours MDI communique à nouveau sur sa page Facebook autour de son AirPod 2.0. Avec une présentation intérieure-extérieure modernisée, l’engin désormais connecté apparaît bien plus convaincant.

Un concept revu dans sa présentation

Deux sièges bleus, blancs et rouges et cuir avec surpiqûres, un volant au centre duquel se trouve un écran numérique et tactile, derrière lui une tablette qui donne différentes informations au conducteur dont la vitesse instantanée et l’autonomie restante, un coffre d’une contenance de 400 litres : voilà pour le tour du véhicule permis par une vidéo d’environ 1 minute.

L’autonomie est indiquée selon 2 modes d’alimentation : 100-120 kilomètres à l’air comprimé seul, 300-360 km en fonctionnement bi-énergie, sans autres précisions. L’ouverture frontale est conservée pour ce quadricycle léger dont la vitesse maximale serait donc limitée à 45 km/h, alors qu’il pourrait grimper à 80 km/h.

Caractéristiques techniques

Une petite vingtaine de centimètres plus long que la largeur d’une Tesla Model S (2,13 contre 1,96 m), et un peu plus large qu’une Peugeot iOn (1,50 contre 1,47 m), mais plus haute de 10 cm que cette dernière (1,71 contre 1,61 m), l’Airpod pèserait 280 kilos à vide. MDI insiste sur le fait que le véhicule peut se garer perpendiculairement au trottoir, citant une largeur standard de 2,20 m pour les places de parking.

Le moteur monocylindre réversible à air comprimé réalisé en aluminium (bloc et culasse), développerait une puissance de 10,2 cv (7 kW) à 1.500 tours par minute, avec un couple maximal de 45 Nm. Il transmet le mouvement aux roues arrière par l’intermédiaire d’une boîte de vitesses automatiques à commandes au volant. L’énergie cinétique aux décélérations serait récupérée. L’air comprimé serait stocké dans 2 réservoirs de chacun 125 litres.

Salivants mais…

Si la page Facebook ne mentionne que l’AirPod 2.0, le site Web de MDI présente plusieurs véhicules à air comprimé intéressants (Air One découvrable 3 ou 5 places, Air Tuktuk pour les mégapoles, chariot élévateur Air Lift, bateau de plaisance 8 places Air Stream, vélo à assistance Air Bike) ainsi qu’une réserve d’énergie Air Power et un concept de lampadaire autonome.

Aussi salivants soient tous ces concepts, on ne peut que se souvenir des différentes polémiques (à retrouver facilement sur Internet) qui entourent l’entreprise. On retrouve d’ailleurs sur ses supports de communication 4 points récurrents : une homologation en cours mais qui ne serait pas difficile à obtenir, des appels au public et aux professionnels pour cofinancer des usines, des propositions d’achats de licences (sans exclusivité ?) pour vendre des véhicules qui n’existent pas encore et n’existeront peut-être jamais, l’idée que des lobbys (« groupes de pression d’origine pétrolière, électrique, et maintenant de l’énergie hydrogène, ou autres ») s’activeraient à bloquer le développement des véhicules à air comprimé. Bref, l’habituel discours.

Prudence

Concrètement, comment MDI explique vraiment et de façon vérifiable que depuis presque 30 ans (MDI a été créée en 1991) de travaux aucun véhicules à air comprimé n’est sorti en série de ses usines pour inonder les rues ?

Tant qu’Automobile Propre ne pourra pas essayer un véhicule MDI à air comprimé au moins sur circuit et valider, même à 75%, l’autonomie annoncée, nous ne pouvons qu’appeler nos lecteurs à la plus grande prudence, si ce n’est plus. Dans ce contexte, les témoignages non réalistes ne sauraient plaider en faveur de cette technologie. Automobile Propre et son équipe seraient cependant très heureux de pouvoir ajouter la solution air comprimé, si elle est démontrée fiable et efficace sur le terrain, dans la palette des choix pour la mobilité durable.

Nous nous attendons bien sûr à recevoir des avis tranchés des inconditionnels des véhicules à air comprimé. A chacun de creuser sérieusement le sujet.

Nouveau souffle ou nouveau pschitt pour la voiture à air comprimé ?
3.8 (76.5%) 40 vote[s]