Catégories : PolitiqueStratégie

Mobilité alternative : Tavares et l’ACEA renvoient la balle aux gouvernements européens

Véhicules fonctionnant à l’hydrogène, au gaz naturel ou à l’électricité : l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), présidé par le patron de PSA, Carlos Tavares, pointe dans un rapport le manque d’implication et de réactivité des gouvernements en Europe et d’importantes disparités selon les pays.

Illustration : station GNV en Vendée

Véhicules fonctionnant à l’hydrogène, au gaz naturel ou à l’électricité : l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), présidé par le patron de PSA, Carlos Tavares, pointe dans un rapport le manque d’implication et de réactivité des gouvernements en Europe et d’importantes disparités selon les pays.

Retour à l’envoyeur !

Intitulé « Passage à la mobilité zéro émission – Rapport de suivi 2019 », le document de 21 pages, publié à l’occasion du salon automobile de Francfort (Allemagne), appelle les gouvernements européens à établir de toute urgence « un plan global pour permettre la transition vers une mobilité à zéro émission en Europe ». Et ce, afin de respecter les objectifs extrêmement ambitieux fixés par l’UE en matière de réduction des émissions de CO2 pour 2025 et 2030.

Reprenant son image favorite d’une « approche à 360 degrés », Carlos Tavares renvoie tout simplement aux dirigeants politiques européens le retard constaté sur les feuilles de route des mobilités électrique, GNV et hydrogène. « Notre industrie est impatiente de progresser le plus rapidement possible vers une mobilité zéro émission. Mais cette transition est une responsabilité partagée » a t-il souligné.

Un rythme à suivre

« De notre côté, nous proposons à nos clients un choix sans cesse grandissant de voitures à motorisation alternative. Parallèlement, les gouvernements de l’UE doivent suivre le rythme croissant avec lequel nous lançons ces voitures en augmentant considérablement les investissements dans les infrastructures. En outre, ils doivent également mettre en place des incitations à l’achat durable qui soient cohérentes dans toute l’UE », résume le patron de PSA.

Si le nombre de véhicules électriques et hybrides rechargeables vendus en Europe a progressé de 69.958 à 301.581 unités entre 2014 et 2018, l’avancée reste très timide pour la mobilité hydrogène (de 38 à 266 véhicules H2 écoulés sur la même période), et est même négative pour le GNV en dépit d’une reprise des ventes à mi-parcours (97.214 unités en 2014 contre seulement 65.092 en 2018).

Electrique

Avec un parc trois fois plus important qu’il y a 5 ans, l’Europe compte 145.000 points de charge, selon l’ACEA. Très loin des 2,8 millions de points de charge attendus en 2030 !

L’association des constructeurs déplore également les disparités de répartition des bornes de recharge. Selon le rapport, 76 % des points de charge sont aujourd’hui concentrés dans 4 pays qui couvrent ensemble 27 % du territoire européen : Pays-Bas, Allemagne, France et Royaume-Uni.

L’ACEA établi un lien direct entre la densité des réseaux et le développement des ventes des véhicules électriques et hybrides rechargeables : une part de marché inférieure à 1% dans les pays comptant moins d’un point de recharge par 100 kilomètres.

Ce sont également les Etats où le PIB par habitant est le moins élevé (inférieur à 29.000 euros) : Grèce, Italie et Espagne, Europe centrale et orientale.

En outre, seulement 12 pays proposent des incitations à l’achat.

GNV / H2

A fin 2018, l’ACEA a recensé seulement 47 stations d’avitaillement en hydrogène réparties dans 11 pays de l’UE (1 station en Finlande ; 2 stations en Autriche, Belgique et en Suède ; 3 stations en France, Italie, Espagne et aux Pays-Bas ; 7 stations au Danemark ; 8 stations au Royaume-Uni ; 13 stations en Allemagne), laissant 17 Etats sans aucune pompe H2.

La mobilité GNV est mieux lotie avec 3.400 sites de livraison en gaz naturel, en hausse de 17,5% par rapport à 2014. Toutefois, les deux tiers de ces points de remplissage sont concentrés dans seulement 2 pays, l’Italie et l’Allemagne. C’est d’ailleurs sur ces deux territoires qu’ont été vendues en 2018 74% des voitures particulières alimentées au GNV. Ces véhicules représentent 0,4% de la flotte en circulation en Europe.

3.6
20
Philippe SCHWOERER

Auteur et journaliste, Philippe est un passionné de voitures électriques depuis de très nombreuses années.

Lire les commentaires

  • le déploiement des bornes doit se faire à l'échelle locale en france et pour cela il faudrait une véritable décentralisation des pouvoirs mais encore plus des moyens ! ce pays est d'un archaisme sans nom avec sa paperasse et ses pyramides administratives . Un plan de décentralisation est en cours avec mme Gourault j'en attend une révolution ...j'ai peur d'être très très déçu

  • Tavares l'empereur de l'hypocrisie qui masque son incompétence derrière des cris de cochon qu'on egorge.
    Durant toutes ses années de pouvoir à la tête de PSA il a dénigré le VE et le PHEV... Tout ce qui de près ou de loin faisait de l'ombre à ses moteurs à mazout.... Critiquant sans cesse les directives européennes imposant des normes sanitaires aux véhicules polluants. Et aujourd'hui il veut rendre ceux qui ont été les plus clairvoyants responsables de l'immobilisme de sa profession.
    Quand sera il remplacé à ce poste au niveau duquel il a atteint les limites du principe de Péter ?

  • Facile de critiquer, mais je n'ai pas vu Tavares ni le groupe PSA mettre la main à la poche pour agrandir le réseau Ionity ! Comme l'on fait récemment Kia et Hyundai. La e208 peut recharger à 100kW. Ok, mais sur quelles bornes, autres que celle de Ionity !

    • Euh non, il ligue contre lui quelques intervenants sur ce site qui ne sont en rien représentatifs de la population dans son ensemble.

    • Les "Grands Patrons" ça n'existe pas. Il y a que de fins renards qui finissent par perdre leur flaire et qui ont tellement grossi leur égo qu'ils ne rentrent plus dans leur terrier

    • "Je conseille à chacun de se documenter sur les Objectifs de Développement Durable initié par l’ONU et dont certaines villes ont déjà adhéré à cette démarche volontaire".
      Euh… "Je recommande à chacun de se documenter sur les Objectifs de Développement Durable initié par l'ONU, auxquels certaines villes ont déjà adhéré à titre volontaire". Est-ce que j'ai bien compris ?

  • OK, j'ai tout lu le bon et le moins bon ,parfois mauvais;vous ne parlez (en général),que de fric(en milliards...bien sur).
    Et la planète bleue enfin...bleu-gris, dans tout ça on s'en fout !!!!!!!!! (Un pour tous, tous pourris!); dixit Mr M.C.

  • Tavares= hypocrite et de très mauvaise foi. Le dirigeant parfait pour mener son groupe là où il ne faut pas.

      • En plus c'est le groupe dont les véhicules sont les moins émetteurs sur leur durée de vie :
        https://www.greenpeace.fr/lindustrie-automobile-moteur-du-dereglement-climatique/
        Ta marque fétiche elle est très loin derrière.
        Effectivement il ne va pas où il faut.
        Il va bien là où les politiques lui demande d'aller.
        Et il y va en augmentant la masse moyenne des véhicules pour contrecarrer cette débilité d'objectif corrélé à la masse.
        Ce qui est bien dommageable en terme de CO2 mais aussi en terme de pollution.

          • Si si cette règle est un problème puisqu'elle entraîne un alourdissement des véhicules sans qu'il soit prouvé qu'elle réduite effectivement les émissions globales des véhicules.
            Là pour le coup je leur donne entièrement d'essayer de la contourner si c'est pour produire des véhicules légers et qui émettent moins au global que la solution qu'on veut leur imposer.

            Cette règle avant même d'avoir été appliquée est déjà totalement dépassée et à revoir de toute urgence.

          • Bof, parti comme c'est, le seul véhicule universel permettant de remplacer avantageusement le VT en toutes circonstances reste le PHEV

  • "Ce n'est pas de ma faute, c'est celle des politiques." 2 choses :
    Il est vrai que les gouvernements successifs (je fais très nettement la distinction avec des politiques locaux qui se sont battu pour poser les premières bornes et déployer leur réseau) ont une pleine responsabilité dans le déploiement tardif voir très tardif des solutions alternatives. Qui a signé un accord avec Bolloré pour le déploiement de 16 000 bornes à 3 kwh (puissance totalement ridicule) qui ne verront jamais le jour ? Cette manœuvre a retardé bon nombre de projets locaux. Qui n'a jamais rien fait pour fédérer les différents syndicats d'énergies pour un déploiement national et coordonné et imposer le payement par CB et l’interopérabilité totale de toutes les bornes avec un seul et unique badge dans toute l’Europe (Merci Chargemap de l'avoir initié et de progresser de semaines en semaines) ? Qui n'a jamais tapé du poing sur la table pour imposer un service de qualité et imposer des délais garantis de maintenance ?

    M Tavares, vous avez la responsabilité d'avoir trainé des pieds le plus longtemps possible pour rester dans le carbone. Vous êtes responsable de la non formation de votre réseau de vente et de la politique du discours commercial "mais bien sûr que nous avons des VE… Mais si je peux me permettre, nous avons aussi les derniers modèles essence..." Vous avez aussi la responsabilité d'un énorme retard dans la proposition de VE à batteries, longtemps, trop longtemps, vous avez agité l’étendard de l'hydrogène en sachant que les technologies sont plus chères pas prêtes et que le réseau de distribution n'existe pas.
    VW semble moteur aujourd'hui sur les VE, c'est parce qu'ils ont pris une cartouche avec le dieselgate. Et ce n'est pas fini. Mais tous les constructeurs sont aussi coupables et responsables de ces triches. Si Tesla n'était pas là, on entendrait toujours les mêmes rengaines, "Le VE ça ne marchera jamais ! Mais quelle est la longueur de la rallonge ? Les batteries c'est nul et ça pollue comme 400 Twingo... "

    Il est grand temps que politiques et constructeurs se mettent très sérieusement au boulot ! Problème, tous les constructeurs généralistes n'aurons pas les capacités de pleine production des batteries avant 2 ou 3 ans.

    Pour que le transport devienne propre, il est impératif de déployer les énergies renouvelables et le stockage qui va avec.

Partager
Publié par
Philippe SCHWOERER

Articles récents

Voiture électrique : un bonus réduit en 2020 ?

Relativement épargné depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, le bonus accordé aux voitures électriques pourrait être revu à la…

20 octobre 2019 11:40

Peugeot e-208 vs e-2008 : duel citadine-SUV électrique

La seconde génération de la citadine Peugeot 208 s’est convertie à l’électrique, tout comme son dérivé SUV 2008. Automobile-Propre vous…

19 octobre 2019 06:51

Une Renault Twingo électrique en 2020

La Twingo sera électrique dès l'année prochaine selon les déclarations d'un cadre de Renault au média britannique Autocar.

18 octobre 2019 17:54

Ford Kuga hybride rechargeable : prix et équipements en détails

Décliné en cinq niveaux de finitions, le Ford Kuga hybride rechargeable débute à partir de 38.600 €.

18 octobre 2019 09:30

Mobilité électrique : Au Mans, le circuit inspire 4 startups

Si la journée XMobility, dont la 2e édition était programmée le 8 octobre dernier, a vu le jour au Mans,…

17 octobre 2019 15:54

Expert, Jumpy, Vivaro : les fourgons électriques PSA pour 2020

Les utilitaires compacts Peugeot, Citroën et Opel auront leur version électrique en 2020, a confirmé le groupe français. La boucle…

17 octobre 2019 13:43

Ce site utilise les cookies.