Ultra-futuriste, le véhicule électrisé américain présenté en 2007 revient dans l’actualité dans une version 100% électrique optimisée.

En 2007, un ORNI, objet roulant non identifié, venait secouer les projets timides de nos constructeurs. L’entreprise Accelerated Composites présentait l’Aptera, un véhicule biplace à trois roues fuselé comme un avion. Prévue en hybride avec une consommation autour d’1 l/100 km et en électrique, cette voiture a disparu des écrans radars en 2011.

4 fois plus d’autonomie qu’une ZOE

Or avec l’invasion des voitures électrifiées, le projet a refait surface. Toujours nommé Aptera, le prototype biplace n’a pas évolué profondément, mais est désormais uniquement électrique. Son aérodynamique affiche un Cx de 0,11, soit « trois fois plus efficace » qu’une Tesla Model 3. Par contre, la largeur de 2,23 m ne sera pas compatible avec nos villes européennes.



L’Américaine possède aussi un poids plume de 816 kg – on en parlait dans le projet de « bonus-malus poids » – associé à une batterie de 100 kWh. Le tout permettrait d’obtenir une autonomie de 1.000 miles ou 1.600 kilomètres, grâce à une consommation de 6,2 Wh/km. La propulsion est formée de deux moteurs-roue, d’origine Elaphe, probablement ceux que nous avons testé sur l’AKKA Smart Bertone. Toutefois, pas de chiffre de puissance ou de performance.

Et que la forme ne vienne pas tromper l’habitabilité, puisqu’un coffre de 708 litres est annoncé, soit autant qu’un très grand SUV.

L’Aptera au prix d’une Model 3 ?

Le prix de départ serait de 40.000 dollars, soit plus de 36.000 euros. C’est plus cher qu’une compacte électrique standard, mais aucune ne rivalise question autonomie. Plus concret, la sortie en série de cette Aptera est prévue en petite série en 2020. Sa production augmentera progressivement, la firme étasunienne prévoyant « 10.000 exemplaires en 2022, et 40.000 en 2024 ». Un second modèle devrait proposer six places d’ici fin 2021, et serait une navette proposant la conduite autonome.

On pose cependant la question du besoin d’une si grosse batterie, la moitié ou 750 kilomètres suffisant pour le commun des mortels. Qu’en pensez-vous ?