Grâce au nouveau coup de pouce gouvernemental destiné à doper le marché des véhicules à faibles émissions et soutenir la filière automobile, les concessions qui proposent des modèles branchés voient la clientèle et les prospects revenir. Ainsi au Centre électrique Kia Grande Armée, à Paris, qui nous détaille l’offre du constructeur à 47 €/mois pour le Niro électrique.

Avertissement

Au showroom Kia de l’avenue de la Grande Armée, Louis Pallaro conseille ceux qui veulent en savoir plus sur le e-Soul ou le Niro dans ses versions électrique et hybride rechargeable.



S’il a bien voulu répondre à nos questions, il tient à préciser que ses propos ne constituent ni la position du constructeur, ni celle de l’établissement où il reçoit la clientèle. Ce qui ne signifie pas non plus qu’ils seraient forcément en décalage avec la communication officielle de la marque.

Son souhait : que ses réponses conservent le fraîcheur et la spontanéité du jeune passionné qu’il est pour la mobilité à faibles émissions.

Le retour des clients

« La fréquentation dans notre centre est en nette augmentation, pas seulement par rapport au mois dernier encore touché par les mesures de confinement, mais aussi avant cette période. Classiquement, les mois de juin et juillet enregistrent toujours une activité supérieure à la plupart des autres », explique Louis Pallaro.

« Ce qui diffère aujourd’hui, c’est que les visiteurs et ceux, nombreux, qui nous contactent par téléphone s’intéressent vraiment aux voitures électriques et hybrides rechargeables. Le nombre de détracteurs apparaît très en baisse. Ils sont très peu désormais à nous dire : ‘Ca ne marchera jamais !’ », témoigne-t-il.

Le vent en poupe pour les VE

« Le siège est très satisfait de cet intérêt pour l’électrique observé aussi bien ici à Grande Armée, que dans les points de vente de Boulogne et Suffren », souligne notre interlocuteur.

« Globalement, on peut tabler sur une belle augmentation des ventes en véhicules électriques par rapport à l’année dernière. Ce marché a clairement le vent en poupe et nous sommes dans un état d’esprit très optimiste à son sujet », estime-t-il.

e-Niro / e-Soul

« Kia communiquant principalement sur le e-Niro, la demande est au départ plus importante pour lui que pour le e-Soul, dans une proportion de 80-20. Mais ça commence à se réveiller un peu pour ce dernier. Notamment chez les automobilistes qui n’ont pas une famille avec plusieurs enfants, et qui le trouve davantage identitaire », rapporte le consultant Eco-Dynamics, une dénomination sous laquelle sont regroupés les modèles hybrides simples et rechargeables, ainsi que les électriques.

« Actuellement sont exposés dans notre vitrine, pour recevoir les clients, un e-Niro 2019 et un e-Soul 2020, tous les 2 en finition e-Premium », précise-t-il.

LLD à 47 euros

Plusieurs de nos lecteurs nous ont fait part d’une impossibilité pour eux à pouvoir bénéficier de l’offre en location longue durée à 47 euros par mois sur 2 ans, déduction faite du bonus gouvernemental et de la prime à la conversion. Louis Pallaro a spontanément imaginé que nous l’appelions à ce sujet.



« Cette offre qui est valable depuis le début du mois jusqu’au 30 juin pour la livraison d’un e-Niro au plus tard le 31 août est correcte », assure-t-il. « Mais elle impose que les concessions aient à disposition le modèle exact prévu dans la formule, c’est-à-dire en finition e-Active, avec batterie de 64 kWh de capacité énergétique, et sans option. Ce qui n’est pas notre cas, notre clientèle préférant les finitions supérieures. Si nous souhaitions aujourd’hui entrer ce modèle précis dans nos stocks, nous ne pourrions le recevoir suffisamment tôt pour le livrer au client avant fin août », illustre-t-il.

Sur les stocks des concessions

« Aujourd’hui, les concessions qui peuvent honorer cette offre à 47 euros sont celles qui ont dans leur stock le bon modèle depuis plusieurs mois, avant le confinement », éclaire Louis Pallaro.

« Les personnes qui nous contactent à ce sujet ont 2 types de réaction quand nous leur apprenons que nous ne pouvons la proposer : certains sont mécontents et estiment qu’il s’agit d’une publicité mensongère, d’autres comprennent bien la situation quand on leur explique. Beaucoup étaient dans une démarche d’aller vérifier la réalité de la formule », poursuit-il.

« J’espère que ce sujet ne va pas ternir la confiance des clients sur les véhicules électriques et leurs avantages », s’interroge notre interlocuteur.

Quelle meilleure offre aujourd’hui à Grande Armée ?

« Aujourd’hui, à Grande Armée, la meilleure formule que nous puissions proposer, ce serait 147 euros de loyers sur un e-Niro 64 kWh en finition e-Premium », calcule Louis Pallaro.

Ce qui ne paraît pas aberrant en soi puisqu’il existe un écart de 4.000 euros entre les 2 finitions, ce qui, ramené au mois sur 2 ans, devrait théoriquement augmenter les loyers de 47 à 213 euros.

« Et ceci si le client ne souhaite pas une peinture métallisée qui coûterait de l’ordre de 650 euros et sans compter les frais de mise en route qui tournent autour des 500 euros », précise notre interlocuteur.

Automobile Propre et moi-même remercions beaucoup Louis Pallaro pour sa disponibilité et le temps pris à répondre à nos questions.

Avis de l'auteur

Le sujet pouvant se prêter à cette interprétation, je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas d’un publi-reportage.

L’idée de contacter cet établissement – et il serait possible de prévoir une suite avec d’autres constructeurs -, m’est venue un matin en lisant dans le quotidien régional que les concessions sont satisfaites de retrouver une clientèle nombreuse qui se porte davantage, grâce aux nouvelles aides de l’Etat, sur les modèles électriques et hybrides rechargeables.

A part les marques qui ne proposent que des voitures électriques, peu de concessions de marques généralistes ont ouvert un point de vente dédié uniquement aux VE. Kia le fait avec son centre Grande Armée. D’où mon choix de le contacter.

Concernant l’offre de LLD à 47 euros, il est clair que les automobilistes qui compteraient dessus pour passer à la mobilité électrique seront fortement déçus de ne pas pouvoir en profiter. Surtout si leurs moyens sont très limités. Cette mauvaise expérience sera forcément décourageante pour beaucoup. Et c’est dommage, car elle peut porter préjudice à l’image d’une marque qui produit des voitures électriques extrêmement convaincantes.

Il serait préférable que le constructeur communique sur une formule que toutes les concessions pourraient honorer, éventuellement par le jeu d’une bourse d’échange entre les établissements.