Avec sa silhouette proche du concept-car, sa grande autonomie et son moteur de 163 chevaux, le Hyundai Nexo rafraîchit la petite gamme de véhicules roulant à l’hydrogène. Si le SUV est irréprochable sur le plan technique, il pêche toujours pas un tarif exorbitant et l’impossibilité de trouver une station pour remplir ses réservoirs.

Ne cherchez pas une station de distribution d’hydrogène près de chez vous : il n’y en a probablement aucune. Seulement une dizaine de pompes sont ouvertes au public en France, un chiffre qui devrait à peine doubler d’ici 2020. La technologie a ses défauts : un bilan environnemental qui fait polémique, un coût de production actuellement très élevé et d’importantes contraintes techniques. Mais comment ne pas être tenté lorsqu’on jette un coup d’œil aux performances offertes par un véhicule à hydrogène ?

Le plein en cinq minutes

Successeur de l’IX35 Fuel Cell, le Hyundai Nexo affiche en effet 666 kilomètres d’autonomie WLTP (756 km NEDC). Imbattable. Aucun autre véhicule « zéro émissions » actuellement sur le marché n’obtient meilleure homologation. Le SUV décroche un autre record : celui du rendement de sa pile à combustible. Conçue par Hyundai tout comme l’intégralité de la chaîne de traction, elle affiche une efficacité de 60%. Enfin, avantage incontestable : le Nexo fait le plein en seulement 5 minutes.

Coupe d’un des trois réservoirs d’hydrogène – H.L.

Stocké dans 3 réservoirs de 52,2 litres chacun (soit 6,64 kg au total) à une pression de 700 bars, l’hydrogène est combiné à l’oxygène de l’air ambiant dans la pile à combustible pour produire de l’électricité. Cette dernière développe une puissance de 95 kW qui s’ajoute aux 40 kW de la petite batterie tampon. Le moteur synchrone à aimants permanents du Nexo exploite cependant une puissance totale légèrement inférieure plafonnée à 120 kW (163 chevaux).

Son accélération reste franche grâce à un couple de 395 Nm. Pied au plancher, on reste bien collé au siège. La vitesse est bridée à 179 km/h et le 0 à 100 km/h est abattu en 9,2 secondes. L’ensemble alourdit significativement le véhicule puisque, malgré sa petite batterie, il pèse un peu plus de 1,8 tonne à vide. S’il occupe moins d’espace qu’une Tesla Model X, le SUV s’étale tout de même sur 1860 mm de large, 4670 mm de long et 1630 mm de haut.

Taxi, l’unique vocation du Nexo ?

Le Nexo est un véhicule singulier, développé exclusivement pour l’hydrogène. Une vitrine technologique que l’on ne devrait pas souvent croiser sur les routes. Premier obstacle à sa démocratisation : son prix. Le SUV est proposé à 66.000 euros bonus écologique déduit, un tarif unique incluant tous les équipements haut-de-gamme comme la conduite semi-autonome.

Second obstacle : l’absence de points de distribution d’hydrogène. En France, il est aujourd’hui impossible de se ravitailler aisément en dehors de la région parisienne. Le Nexo semble promis à une seule vocation : celle de taxi au sein de sociétés spécialisées comme Hype, qui exploite une flotte de voitures exclusivement à hydrogène dans la capitale. Fortune et motivation ne suffiront donc pas à un client particulier habitant en province pour rouler à bord du Nexo.

Silhouette lisse et calandre grande ouverte

Dommage, l’allure du SUV a de quoi plaire aux amateurs de véhicules au design futuriste. Malgré une silhouette aérodynamique très épurée intégrant notamment des poignées de portes rétractables, l’engin affiche un coefficient de pénétration dans l’air de 0,329. Une valeur élevée mais pas étonnante pour cette catégorie de véhicule. La calandre n’est pas fermée contrairement aux modèles 100% électriques Hyundai. Élargie pour canaliser un volume d’air important vers la pile à combustible, elle est habillée d’une résille en forme de vaguelettes. A l’arrière, les larges optiques LED triangulaires renforcent le caractère du véhicule.

Habitacle confortable et console « cockpit »

Dans l’habitacle, la sensation d’espace et de confort est présente malgré une console centrale trop volumineuse. Passer du siège conducteur au siège passager relève de la contorsion, l’élément étant large et surélevé. Constellée de boutons de commande, elle a l’avantage de donner un aspect « cockpit » et abrite notamment une station de charge à induction pour smartphones.

L’affichage des données sur le tableau de bord et le système d’info-divertissement est particulièrement agréable grâce à deux larges écrans. Détail sympathique : lors de l’activation des clignotants, la caméra placé sur le rétroviseur concerné affiche une image grand angle sur l’écran du conducteur. Sur la banquette arrière, les passagers peuvent voyager au large, leurs bagages placés dans le coffre de 461 litres.

Consommation conforme en conditions réelles

Lors de notre essai, réalisé en Norvège en même temps que celui du Kona 64 kWh, nous avons effectué un trajet de 69,5 kilomètres sur route classique en pleine campagne. Avec un mode de conduite normal, la consommation moyenne n’a pas dépassé 0,9 kg/100 km. C’est quasiment identique aux 0,84 kg/100 km communiqués par Hyundai. La jauge du réservoir d’hydrogène n’a perdu que 10%, affichant 70% à l’arrivée pour une autonomie restante de 485 kilomètres.

Le rayon d’action très confortable du Nexo laisse rêveur sur la possibilité d’effectuer de longs road-trips sans émissions à l’échappement. Les 666 kilomètres d’autonomie offerts par l’hydrogène devraient cependant bientôt être égalés par les véhicules 100% électriques. La capacité des batteries enfle rapidement et les modèles les plus récents affichent déjà autour de 500 km d’autonomie. De même, la longévité de 10 ans et 160.000 kilomètres annoncés de la pile à combustible embarquée par le Nexo n’est pas plus élevée que celle d’une voiture électrique à batterie.

L’hydrogène aura t-il toujours sa place au sein de véhicules particuliers ? La technologie semble en tout cas peu armée face à la démocratisation du véhicule tout-électrique, moins critiqué sur le plan environnemental, rechargeable avec plus de flexibilité pour un coût modique et dont l’énergie est produite et distribuée localement partout sur terre. Abouti, le Nexo est un belle machine pour démontrer les possibilités de l’hydrogène. Un véhicule qui permettra peut-être à d’inciter des moyens de transports plus lourds à exploiter cette énergie.

Essai Hyundai Nexo : un vent nouveau sur l’hydrogène
4.7 (93.33%) 3 votes