A 70 ans, James Dyson fait le pari de la voiture électrique

Confirmant un investissement de plus de deux milliards d’euros, la société britannique Dyson souhaite lancer sa première voiture électrique d’ici 2020.

C’est officiel ! Après avoir longtemps alimenté les rumeurs, le fabricant d’aspirateur Dyson vient d’annoncer son entrée sur le marché de la voiture électrique.

A la tête de la société, le britannique James Dyson a annoncé ce mardi 26 septembre que l’entreprise allait investir deux milliards de livres, soit près de de 2.3 milliards d’euros, pour lancer une première voiture électrique d’ici 2020. Sur ces deux milliards d’investissements, la moitié sera consacrée au développement de la batterie. L’autre moitié sera dédiée au développement de la voiture en elle-même.



« Il y a deux ans et demi, j’ai commencé à développer une voiture », a indiqué aux journalistes le patron de Dyson, précisant avoir mobilisé une équipe de 400 ingénieurs autour du projet. Un groupe qui s’appuie sur des spécialistes de Dyson mais aussi des experts du monde automobile. La marque britannique a notamment débauché plusieurs dirigeants d’Aston Martin.

Développement confidentiel

Si le projet est officiellement public, Dyson ne compte pas pour autant donner tous les détails du modèle à venir. « A partir de maintenant, les choses vont vite avancer. Mais, à ce stade, nous ne donnerons aucune informationLa compétition technologique dans le secteur automobile est farouche, et nous devons tout faire pour garder le secret sur les spécificités de notre véhicule » a prévenu James Dyson.

Un modèle qui pourrait se démarquer de la concurrence en utilisant une nouvelle génération de batteries dites « solides ». Etudiée par bon nombre de constructeurs, la technologie permet de multiplier par deux la durée de vie des batteries  tout en apportant 50 % de capacité en plus par rapport aux actuelles batteries lithium-ion. Début 2015, Dyson a notamment racheté Sakti3, une start-up américaine spécialisée dans le domaine.

Un pari risqué

Spécialiste de l’aspirateur sans sac, Dyson se lance dans un pari risqué et va devoir se faire une place sur un marché de plus en convoité par les constructeurs généralistes.

Le timing est également particulièrement serré. 2020, c’est quasiment demain et, au-delà du développement de sa voiture électrique, la société britannique va devoir préparer tout un réseau commercial pour la distribuer.

Et vous ? Que pensez-vous de l’annonce Dyson ? Pari fou ou décision réfléchie ?