Usine automobile et centre culturel localisé à Dresde en Allemagne, la fabrique de verre offre son décor au passage du relais entre la e-Golf et l’ID.3, sa remplaçante.

Au total, l’e-Golf a été produite à 145 561 exemplaires depuis 2014, dont 50 401 sont sortis des chaînes ouvertes à Dresde en mars 2017 pour faire face à la demande. Le solde, soit 95 160 unités, provient de Wolfsburg où la dernière e-Golf a été assemblée cet été.

La construction de la compacte branchée s’est officiellement terminée aujourd’hui même, mercredi 23 décembre 2020.

Déjà transformée en 2016, la zone réservée à ce modèle à Dresde va être reconstruite en début d’année prochaine. Cette fois-ci, il s’agit d’adapter les process aux spécificités de la plateforme modulaire MEB sur laquelle vont s’appuyer aussi les futurs véhicules électriques de la famille ID.

Publicité


Produite à près de 150 000 exemplaires depuis son lancement, la Volkswagen e-Golf vient de stopper définitivement sa production.

Quelques aménagements avaient déjà été réalisés sur place au cœur de l’été dernier sur la ligne qui permet l’assemblage entre le châssis et la carrosserie. Les prochaines conversions visent à permettre la pose de divers équipements, tels le toit panoramique, le tableau de bord et la sellerie.

Après 3 semaines de travaux, fin janvier 2021, les premières ID.3 de grande série assemblées sur ce site seront livrées à leurs acquéreurs. Zwickau, également en Allemagne, ne sera alors plus la seule usine européenne à produire la nouvelle compacte électrique.

En France, la Volkswagen e-Golf n’a jamais réussi à s’imposer, notamment face à la Renault ZOE qui a été une redoutable concurrente pour elle en Allemagne également. Les Norvégiens, en revanche, lui ont fait un meilleur accueil.

Publicité