La nouvelle entité juridique Renault ElectriCity réunit 3 sites du constructeur implantés dans le nord de la France.

De l’usine de Douai (59) devrait sortir dès cette année la Mégane E-Vision. La berline compacte électrique sera supportée par la nouvelle plateforme modulaire CMF-EV de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Cette base sera également exploitée sur place pour produire un nouveau modèle du segment C. Une plateforme branchée supplémentaire sera utilisée ensuite pour l’assemblage de véhicules électriques du segment B.

Contrairement au site de Douai, l’usine de Maubeuge (59) produit déjà des véhicules électriques depuis une dizaine d’années. L’ancienne génération de Kangoo a cédé la place à la nouvelle qui sera déclinée ici en variantes supplémentaires et en déclinaisons pour Nissan et Mercedes. Nouveau venu l’année prochaine : le modèle E-Tech Électrique.

Le dernier des 3 sites qui forment le pôle industriel Renault ElectriCity se trouve dans le Pas-de-Calais, à Ruitz. Il accueillera une nouvelle unité de fabrication en composants pour les véhicules électriques du groupe.



Née dans le cadre du plan stratégique Renaulution, la nouvelle entité, validée par les organisations syndicales, regroupe déjà quelque 5 000 salariés. Sept cents nouveaux emplois en CDI devraient y être créés entre 2022 et 2024, dont la moitié pour Maubeuge.

Cette montée en puissance permettrait de produire 400 000 VE par an à horizon 2025. Le constructeur compte hisser sa nouvelle entité au rang « d’unité de production la plus compétitive et la plus performante de véhicules électriques en Europe ».

Renault ElectriCity abritera également un pôle universitaire et de formation.