Le bureau allemand de dépôt de brevet confirme la tendance en vue sur le marché de l’automobile. Selon cet organisme, les brevets pour les voitures électriques explosent, tandis que ceux pour le thermique régressent.

La tendance à l’électrification du marché de l’automobile se traduit aussi dans ses innovations. C’est ce que confirment les chiffres du rapport annuel de 2020 du bureau allemand de dépôt de brevet (DPMA).

La présidente du DPMA, Cornelia Rudloff-Schäffer, a révélé que les domaines technologiques avaient le vent en poupe. Parmi eux, ceux liés à la voiture électrique et à la batterie, que les constructeurs et start-ups ont plébiscités.

Ainsi les dépôts de brevet liés aux technologies de moteurs électriques ont augmenté de 7,8 % en 2020. C’est encore plus marquant du côté des batteries, puisque les dépôts de brevet sont en hausse de 20,1 %.



Des recherches ont lieu sur de nombreuses technologies liées aux batteries solides ou sur d’autres minerais ayant un potentiel intéressant. La batterie au lithium fait d’ailleurs elle aussi l’objet de recherches, notamment sur l’extraction plus écologique du lithium.

La conséquence directe de ces recherches sur l’électrification est l’abandon progressif du moteur thermique. C’est en effet irrémédiable, puisque les pays prévoient à long terme l’interdiction des moteurs à combustion.

De fait, le DPMA enregistre une chute de 15 % des dépôts de brevet dans l’industrie automobile autour du moteur thermique. À noter que la pile à combustible enregistre elle aussi une baisse de 21 %, avec un nombre initial toutefois bien moins élevé.