L'usine Audi à Bruxelles est certifiée neutre en CO2

Le premier constructeur mondial semble vouloir effacer au plus vite la mauvaise réputation qu’il traîne depuis le dieselgate. Après avoir annoncé des investissements records en vue de lancer 70 nouveaux modèles électriques d’ici 2028, le groupe Volkswagen entend maintenant se positionner comme un champion du développement durable et responsable. Et il obligera ses fournisseurs à suivre son exemple.

Le groupe souhaite notamment que la production de ses voitures soit neutre en CO2. C’est déjà le cas de l’usine bruxelloise dans laquelle est assemblée l’Audi e-tron : elle est certifiée neutre en CO2 par l’organisme indépendant Vinçotte. La toiture des ateliers est notamment couverte de panneaux photovoltaïques. Ce sera aussi le cas de l’usine de Zwickau où 330.000 véhicules branchés seront produits annuellement dès 2021. Mais les dirigeants de VW entendent aussi imposer la durabilité à tous leurs sous-traitants. Il serait par exemple malvenu que des critiques concernant le travail d’enfants dans les mines d’où provient le cobalt des batteries viennent plomber la réputation de la marque.

« A partir du 1er juillet nous allons faire de la durabilité un critère obligatoire pour l’attribution de contrats à nos fournisseurs » déclare Marco Philippi, directeur des achats stratégiques pour le groupe. « Il s’agit d’une résolution de notre Conseil d’administration » poursuit-il ; « nous ne tolérerons aucune violation des droits de l’homme ou de manque de due diligence[1]. En cas de faute un fournisseur pourra être exclu de notre chaîne d’approvisionnement ».

La transparence et la lutte contre la corruption sont aussi à l’ordre du jour. Le groupe qui s’est rendu coupable de fraudes lors des tests de ses modèles diesel veut tourner la page et devenir le meilleur de la classe en matière de moralité et de responsabilité. « Les sous-traitants qui ne se conformeront pas aux spécifications du groupe dans l’un de ces domaines ne pourront pas compenser cela par une meilleure évaluation dans un autre domaine : la note la plus mauvaise sera prépondérante et pourra signifier l’exclusion de notre liste de fournisseurs » conclut Marco Philippi.

Publicité


[1] La due diligence est un concept anglo-saxon qui consiste à se prémunir contre toute conséquence négative d’une opération ou d’un contrat. Il s’agit en quelque sorte d’un devoir élémentaire de précaution. Il existe plusieurs types de due diligences (stratégique, environnementale, informatique, légale, fiscale, sociale, comptable et financière…)

Publicité