Distribué depuis une vingtaine d’années dans le pays, via l’importateur Autozentrum Sport AS, Porsche doit désormais considérer la Norvège autrement que comme un marché relativement peu important.

Avant l’arrivée de la Taycan, Porsche ne vendait en Norvège qu’une centaine d’exemplaires de ses sportives thermiques par exercice. Mais la sportive électrique, déjà livrée à plus de 1 000 exemplaires, a changé la donne et permis à Porsche de doubler ses ventes sur ce marché entre janvier et octobre 2020, par rapport aux 10 premiers mois de 2019.

Pour Thomas Røed, qui est venu chercher son exemplaire au Porsche Center d’Oslo, c’est la cinquième voiture de la marque qu’il achète, persuadé que le modèle électrique lui offrira des sensations au moins similaires. Un souhait qu’il compte vérifier au plus tôt sur les routes de montagne. Non pas comme un pilote sur circuit, mais comme un adepte du tourisme automobile, selon sa propre définition.

Ce phénomène commercial dans le pays scandinave, Porsche le doit au dynamisme du gouvernement. « Depuis 2017, la part des véhicules électriques à batterie a plus que doublé en Norvège et se situe aujourd’hui à près de 50 % », souligne Barbara Frenkel.

La vice-présidente de la région Europe pour la marque de sportives s’attend à de nouveaux records de ventes après 2020.

La commercialisation l’année prochaine de la Taycan Cross Turismo devrait y contribuer. Ce modèle était identifié dès la présentation de son concept comme particulièrement adapté au marché norvégien.