Associé à Great Wall, BMW vient de lancer une nouvelle joint-venture afin de construire en Chine une usine dédiée à la production de véhicules électriques parmi lesquels figureront les Mini électriques.

Alors que les premières livraisons de la Mini Cooper SE électrique débuteront en Europe début 2020, BMW investit en Chine où il vient d’annoncer la création d’une joint-venture avec le groupe chinois Great Wall pour la construction d’une usine dédiée à la fabrication de véhicules électriques.

Représentant un investissement commun d’environ 650 millions d’euros, cette nouvelle usine sera installée à Zhangjiagang, dans la province chinoise du Jiangsu. Elle entamera sa construction début 2020 et sera opérationnelle à l’horizon 2022. A pleine capacité, elle pourra produire jusqu’à 160.000 voitures électriques par an et emploiera environ 3000 salariés.

En pratique, l’usine produira des modèles développés conjointement par BMW et Great Wall mais aussi des voitures électriques commercialisées sous la marque Mini. A ce stade, on ne sait pas s’il s’agira du même modèle que celui proposé en Europe ou d’une version plus adaptée au marché chinois.

Quoi qu’il en soit, il faudra se montrer patient avant de voir arriver ces Mini électriques chinoises puisque les premiers véhicules ne devraient pas entrer en production avant 2022. D’ici là, l’Europe fera office de test pour l’électrique. Assemblée au sein de l’usine britannique d’Oxford, la Mini Cooper SE électrique associe un moteur électrique de 35 kW / 184 ch à une batterie de  32,6 kWh autorisant jusqu’à 270 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP.