Radio, téléphonie, navigation Web, WLAN, Bluetooth, système de verrouillage centralisé, et autant, si ce n’est plus, d’antennes embarquées dans les véhicules électriques, autonomes, partagés et/ou connectés.

La nouvelle installation d’essais pour la compatibilité électromagnétique et les systèmes d’antennes inaugurée par Daimler il y a quelques jours à Sindelfingen, à proximité de Stuttgart, en Allemagne, devrait permettre de vérifier le blindage des différents dispositifs actifs fonctionnant grâce aux ondes électromagnétiques.

Il s’agira tout à la fois de s’assurer de la protection des données échangées, de l’inviolabilité des systèmes agissant sur le démarrage et la conduite des véhicules concernés, de l’absence d’interférences entre les différents dispositifs et antennes installés à bord mais aussi avec les émetteurs et récepteurs extérieurs, de la qualité et des performances de tous les services, et de l’absence de danger pour les passagers.

Daimler a investi 50 millions d’euros dans le nouveau bâtiment employant 200 collaborateurs et principalement composé d’une aile administrative, de différents halls de tests, d’une chambre de réverbération qui permet d’obtenir des mesures de compatibilité électromagnétique efficaces et complètes, et d’une salle dédiée aux essais des antennes.



Dans cette dernière, le revêtement de sol (chaussée sèche en béton ou goudronnée, couverture métallique ou matière absorbante) peut être adapté en fonction des tests les plus réalistes à suivre.

La nouvelle norme de communication mobile 5G va créer des exigences supplémentaires pour l’échange de données avec des débits très élevés nécessitant l’utilisation simultanée de plusieurs antennes.