Depuis 2018, Tesla met en ligne, sur son site, des rapports réguliers concernant le nombre d’accidents et d’incendies qui touchent les voitures électriques qu’il produit. Les chiffres révélés pour le 1er trimestre 2020 affichent une nette progression de la fiabilité de l’Autopilot en 1 an et demi.

Au 3e trimestre 2018, le constructeur américain avait enregistré un accident pour 5,38 millions de kilomètres parcourus avec l’Autopilot en fonction. Pour les 3 premiers mois de la présente année 2020, un tel événement n’est survenu qu’au bout de 7,53 millions de km, soit un allongement de 40% du cumul kilométrique.

Les chiffres sont stables pour ceux qui n’utilisent pas l’Autopilot mais profitent tout de même des dispositifs de sécurité active : 1 accident pour 3,09 millions de km au premier trimestre 2019, contre 3,20 millions de km réalisés au premier trimestre 2020. Moins de 4% de kilomètres parcourus en plus.

En revanche, les conducteurs qui se passent aussi bien de l’Autopilot que des systèmes de sécurité active disponibles dans les modèles Tesla enregistrent de moins bons résultats. Alors qu’un accident était rapporté pour 3,25 millions de km au 3e trimestre 2018, il s’en est produit 1 pour 2,29 millions de km au trimestre dernier, soit 30% de distances cumulées en moins.

Tesla compare avec satisfaction toutes ces performances avec les plus récentes données communiquées par l’autorité de contrôle de la sécurité automobile américaine NHTSA. Cette dernière chiffre pour les Etats-Unis 1 accident pour 771.000 km. Presque 10 fois plus de collisions qu’avec des Tesla fonctionnant sous Autopilot. Une comparaison à prendre toutefois avec une grande prudence, même si elle est révélatrice du gain important apporté par le système.