Encore absent du segment, Alfa Romeo pourrait arriver dans le monde des électriques par la grande porte avec des GTV à batteries.

Alors que la plupart des constructeurs ont passé le cap, Alfa Romeo est encore absent du segment des voitures électriques. Mais son avenir sans émissions n’est plus si loin, notamment depuis son passage dans le tentaculaire groupe Stellantis. Et si la question des GT électriques n’est pas vraiment sur la table des décideurs, la firme italienne ne renoncerait pas à son histoire.

D’après le média anglais Autocar, Alfa Romeo profiterait du badge iconique pour se lancer sur le marché de l’électrique. Ex-patron de Peugeot aux bonnes idées, fraîchement arrivé de Turin, Jean-Philippe Imparato a déclaré être particulièrement intéressé par ce nom qui résonne encore dans le cœur de nombreux puristes.



Avant la passion, la raison avec un SUV électrique

D’après la même source britannique, Alfa Romeo aurait déjà avancé sur ce projet, en envisageant l’apparition d’un GTV à deux portes, mais également d’une déclinaison à quatre portes très en vogue. Les GT seraient disponibles avec des motorisations hybrides, mais aussi dans des déclinaisons 100 % électriques. Les puristes devront s’y faire.

Aspirant à devenir la marque premium du groupe Stellantis, Alfa Romeo lancera son premier véhicule électrique en 2023. Mais avant de s’amuser dans le segment des voitures passion, la marque lancera un SUV électrique sous le nom de Brennero. Il profitera de la plateforme eCMP des Peugeot e-2008 ou Opel Mokka-e et devrait promettre près de 320 km d’autonomie.