Showroom BMW Bordeaux

Les témoignages enthousiastes concernant Benjamin Servan ne manquent pas : avec ses clients, il entretient une relation de passionné à passionnés. Un talent qu’il a mis au service de la mobilité électrique. Avec la Garonne pour décor.

Depuis tout petit

« Je me souviens, quand j’étais petit, de mon papa passionné par l’automobile. J’ai découvert que j’étais également piqué à 7-8 ans, en regardant l’émission télévisée Turbo. Jacques Laffitte venait d’essayer la Ferrari F40 sur le circuit du Mas du Clos. J’ai ressenti une émotion si forte que j’ai laissé couler une larme », démarre Benjamin Servan.



« J’ai toujours haï l’école, du début à la fin. J’ai obtenu tout de même un bac Action et communication commerciale. Puis j’ai suivi une formation en école de vente BMW. Je suis passé du stade de spectateur à celui d’acteur du monde automobile », se réjouit-il encore.

« Je ne suis pas un vendeur prêt à tout pour vendre. Je m’enrichis de toutes mes relations et de mes rencontres. J’ai ainsi eu la joie de devenir le copilote sur BMW 3 litres CSL de 1975 pour mon premier acheteur d’une i8. Également sur Renault 5 Turbo », partage-t-il avec une grande complicité.

Le supplice de la voiture électrique

« Mon cerveau pense tout le temps à l’automobile. Quand BMW a lancé la marque BMW i, la concession Bayern Automobiles de Mérignac où je suis resté 13 ans a pris le plus jeune pour s’en occuper. C’était moi, j’avais 30 ans. “Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça”, me suis-je dit », se souvient Benjamin Servan.

« Finalement, ça a été une véritable chance pour moi. J’aime l’humain. J’aime faire de la pédagogie. J’ai vendu plus de 1 000 voitures, dont 250 BMW i3 et 15 i8. Je propose aussi les Mini électriques et hybrides rechargeables », détaille-t-il.

« Depuis que j’ai en charge le showroom BMW-Mini de Bordeaux centre [NDLR : 17 quai des Chartrons], 40 % de mes ventes concernent des électriques et des hybrides rechargeables. C’est un très beau score. La moyenne nationale pour le groupe BMW doit tourner autour des 20 % », compare-t-il.

Showroom BMW Bordeaux

Pourquoi le showroom

« À l’époque, le concessionnaire Parot Premium qui disposait d’un très bon emplacement dans le centre de Bordeaux a dû partir de l’autre côté de la Garonne, à Lormont. Pour éviter de perdre le lien avec sa clientèle qui pouvait se reporter sur d’autres concessions, il a été décidé d’ouvrir un showroom dans le centre de Bordeaux », raconte Benjamin Servan.

« Nous sommes installés dans l’un des 4 anciens hangars qui servaient à décharger les marchandises transportées sur la Garonne. Les bâtiments ont été restaurés il y a une dizaine d’années. À côté de notre établissement se trouvent une salle de sport et un Starbucks qui vend du café. L’implantation d’une marque automobile était d’ailleurs très improbable sur ce site », s’amuse-t-il.

« Notre showroom a été créé comme un lieu destiné au conseil et à la vente de produits. Le monde de l’automobile change énormément. Il s’agissait de proposer une expérience différente à des clients qui se sentent un peu perdus ou étrangers dans les grandes concessions », révèle-t-il.



Ouvert 7 jours sur 7

« Il est probable que nous soyons le seul point de vente automobile à être ouvert 7 jours sur 7 en France. En plus de notre implantation originale, la raison en est que nous avons développé une activité de location. Nous proposons 2 BMW et 2 Mini pour un week-end, une semaine ou au mois. Comme ces véhicules sont souvent retenus par des assurances qui honorent leur service d’assistance, ce ne sont pas des modèles électriques. Mais on accélère sur la location de loisir », explique Benjamin Servan.

« Notre clientèle est essentiellement urbaine. Les essais que nous proposons concernent ainsi, en plus des BMW et Mini électriques, des modèles comme les BMW X1 et Série 1. Nous entrons 5 à 6 véhicules dans notre showroom, et disposons de 12 places de parking à l’étage », schématise-t-il.

« Au besoin, nous faisons venir de Lormont les modèles que les clients souhaitent découvrir. Le tram s’arrête juste en face de chez nous, ce qui facilite leur venue », souligne-t-il.

Showroom BMW Bordeaux

2021, une année charnière

« Je trouve que 2021 est une année charnière pour les voitures électriques et hybrides rechargeables. Pour les clients dans le libéral, les autonomies sont devenues convaincantes. Moi-même qui roule à 99 % en BMW i3, je n’effectue qu’une seule recharge par semaine. En roulant sur la rocade et en ville, j’obtiens une autonomie de 280 à 330 kilomètres. Je pratique l’écoconduite », relate le responsable de showroom.

« La BMW i3 est un modèle qui me fascine véritablement. Je m’amuse beaucoup à son volant depuis 8 ans. Je n’ai pas retrouvé ça avec les Volkswagen Golf, Tesla Model 3 et Model S, Fisker Karma, Peugeot iOn, Renault Zoé qui sont pourtant aussi d’excellents modèles pour une raison ou une autre. En revanche, je suis bluffé par l’efficience des moteurs sur les voitures électriques coréennes, comme le Hyundai Kona », mesure-t-il.

« La BMW i3 été très bien pensée. Elle est composée à 95 % de matières et matériaux recyclés ou recyclables. Elle a été réfléchie de A à Z pour être électrique. Mais elle est peut-être arrivée trop tôt », s’interroge-t-il.

Vélos électriques

« Nous vendons également des vélos, dont 2 sont à assistance électrique, l’un avec le moteur dans la roue avant et l’autre au niveau du pédalier. Nous avons des objectifs dessus. Il m’a fallu apprendre à vendre des vélos en même temps que de gérer entièrement une boutique. Je les ai essayés, et j’ai comparé avec la concurrence. J’en ai placé en vitrine, car une piste cyclable passe juste en face », indique Benjamin Servan.

« Depuis 2019, nous avons vendu une cinquantaine de vélos, dont la moitié étaient électriques. Le modèle de haut de gamme est affiché à 3 500 euros. Il rencontre un bon succès lorsque nous le proposons en opération commerciale à -20 %. Sa batterie de 650 Wh de capacité lui apporte une autonomie de 120 kilomètres. Il reçoit une peinture de BMW Série 1, des pneus de marque Continental, et un moteur électrique Brose », liste-t-il.

« Je les fais déposer chez des pros du cycle. Ce sont 2 triathlètes qui se chargent de les monter, de les présenter, et de les livrer, comme des voitures », s’enthousiasme-t-il.

Showroom BMW Bordeaux

Actions en faveur de la mobilité électrique

« J’aime bien mener des actions pour faire découvrir les véhicules électriques. L’année dernière, la caravane BMW ElectrifYou est passée chez nous pour 2 jours d’essais avec des Mini et des BMW i3 et X5 xDrive 45e. C’était une très belle initiative, qui a débouché sur quelques ventes », se rappelle Benjamin Servan.

« Toujours pour faire connaître la mobilité électrique, je me suis inscrit à l’Automobile-Club du Sud-Ouest. Ce qui m’a permis par exemple de participer au rallye du Médoc. Pour cet événement, j’avais prêté une BMW i3 à un membre de l’organisation qui m’en a finalement acheté une dernièrement », confie-t-il.

« Je suis devenu un vrai fan de ces petits rassemblements qui proposent des concours d’écoconduite. Je vais m’investir un peu plus en ce sens », conclut notre interlocuteur.

Automobile Propre et moi-même remercions beaucoup Benjamin Servan pour son accueil et le temps pris pour répondre à nos questions.

Avis de l'auteur

Afin de respecter les propos de mes interlocuteurs, je m’abstiens en général d’ajouter mon avis à la suite d’une interview.

Pour celle de Benjamin Servan, je souhaiterais cependant rebondir sur 2 points.

Tout d’abord au sujet de l’accueil de ses clients. Quand un conseiller commercial en automobile se montre à la fois aussi compétent et d’un accueil très au-dessus de la moyenne, ça finit par se savoir bien au-delà de son point de vente. Surtout s’il évolue sur des marchés encore balbutiants.

Concernant ce Bordelais, c’est exactement le cas. Et depuis quelques années, je reçois des retours très positifs le concernant. C’est donc avec joie que j’ai réalisé la présente interview. Mettre en avant une personne de son niveau est un véritable honneur.

Par ailleurs, je partage avec lui le côté émotionnel lié à l’automobile. Je suis pour ainsi dire né dans un garage, et le fonctionnement d’un bon moteur est à mes oreilles une douce mélodie. Pas forcément celui d’une sportive. Un bloc de Citroën GSA, de Renault 8, de Ford Cortina MK1, de Nissan Cedric diesel me suffisent. Ne serait-ce qu’en visionnant des vidéos YouTube.