Une équipe d’étudiants de l’université d’Eindhoven aux Pays-Bas a conçu la première voiture électrique « circulaire ». Construite à base de matériaux biosourcés[1], elle sera entièrement recyclable. Prévue pour être homologuée et immatriculée elle fera cet été un tour d’Europe au cours duquel elle sera présentée dans plusieurs villes pour promouvoir l’économie circulaire.

Les ressources terrestres sont limitées. A l’inverse de l’économie linéaire qui consiste à extraire de nouvelles matières premières, les transformer en produits, les consommer puis les jeter, l’économie circulaire vise à réutiliser les matériaux en fin de vie pour en faire de nouvelles ressources. C’est pourquoi l’économie circulaire est fondée sur un système de boucle.

Les étudiants de l’université technique d’Eindhoven veulent démontrer que la conception « circulaire » de produits complexes comme une automobile n’est pas une vision d’avenir mais est tout-à-fait possible dès aujourd’hui. Leur voiture qu’ils ont baptisée Noah (Noé en français) est  entièrement réalisée avec des matériaux recyclables. Pour diminuer leur poids les véhicules électriques sont souvent fabriqués avec de l’aluminium ou des fibres de carbone. Mais la production de ces matériaux est coûteuse, très énergivore et fort émettrice de CO2.  C’est pourquoi le châssis, la carrosserie et l’intérieur de Noah sont réalisés en structures de nids d‘abeille avec des biopolymères à base de betterave et de lin. Ces biocomposites seraient aussi résistants que le polyester armé de fibres de verre. Une telle conception permet de réduire drastiquement l’énergie grise consommée lors de la fabrication et par conséquent les émissions de CO2 qui y sont liées. Selon les étudiants eidhovenois, Noah sera la voiture la plus « durable » au monde. Rechargée avec de l’électricité renouvelable l’empreinte carbone sur son cycle de vie devrait être minime.

Il s’agit d’une biplace qui ne pèsera que 350 kilos (sans passagers). Grâce à ce poids plume les 2 moteurs électriques de 15 kW lui permettront quand même d‘atteindre les 100 km/h. Elle sera alimentée par 6 batteries Li-ion de 48 V, modulaires et amovibles. Chaque module à une capacité de 1,9 kWh et un poids de 10,8 kg. Ils sont équipés d’une poignée ce qui permet de les retirer facilement de la voiture et de les transporter à la main pour les charger par exemple dans un appartement.

Chacun des 6 accus pourra être branché sur une prise domestique différente pour réduire le temps total de charge : en moins d’une heure les 6 modules pourraient ainsi être rechargés. Une autre possibilité est d’en remplacer certains par d’autres déjà chargés ce qui permet également un gain de temps. «  Nous avons choisi des batteries lithium-ion parce qu’à l’heure actuelle c’est la technologie qui permet le meilleur recyclage, environ 95 % de la batterie peut être recyclée en matériaux permettant de fabriquer de nouvelles batteries» nous confie Cas Vestappen porte-parole de l’équipe. « Lorsque des technologies plus durables apparaitront dans le futur, le fait que ces batteries soient facilement amovibles permettra de les remplacer ». Au total, la capacité des batteries est de 11,4 kWh. Grâce au faible poids du véhicule, l’autonomie annoncée serait de 240 km.

Une « vrai » voiture, connectée

Noah sera une voiture « connectée », c’est-à-dire qu’elle pourra être ouverte avec un smartphone qui reconnaîtra l’utilisateur et installera automatiquement ses préférences en matière de réglages. Le véhicule sera donc parfaitement adapté à l’autopartage, une solution que l’équipe d‘Eindhoven considère comme un choix incontournable pour la mobilité de demain.

Pour que Noah soit une « vraie » voiture, elle sera homologuée et immatriculée. Cette procédure permettra notamment de vérifier et tester sa conformité à toutes les normes de sécurité avant de l’autoriser à prendre la route. Afin d’éviter tout problème en cours d’homologation, le ministère néerlandais des transports a participé à la phase de conception.

Lors d’un tour d’Europe programmé pour cet été, Noah sera présentée dans différentes villes en vue de promouvoir l’économie circulaire, notamment auprès des constructeurs automobiles. « Nous passerons certainement par la Belgique et la France » nous dit Cas Verstappen. « Le parcours définitif n’est pas encore établi car nous sommes encore à la recherche de partenaires pour organiser ces différents événements ». A bon entendeur …

[1] Les matériaux biosourcés sont produits à partir de matières premières renouvelables issues de la biomasse.

Noah : la première voiture électrique « circulaire » est conçue par des étudiants
4.5 (89.41%) 17 votes