Voiture électrique – Volkswagen appelle à une mobilisation européenne

Pour le Président de Volkswagen, la percée de la voiture électrique ne sera pas possible sans soutien de l’Europe et des Etats membres. Industriels et politiques doivent collaborer pour faire émerger la filière !

« Ne laissons pas l’automobile du futur à la Silicon Valley ! » S’exprimant lors de la traditionnelle réception du nouvel an du constructeur à Bruxelles, le Président du groupe Volkswagen, Matthias Müller, a appelé à une collaboration plus étroite entre l’industrie et les décideurs politiques pour assurer à l’Europe son « leadership technologique ». Que ce soit en matière de voiture autonome ou de voiture électrique, le constructeur estime que l’Europe doit « montrer la voie en termes d’infrastructures et de cadre législatif adapté ».

Publicité


« Les efforts mis en œuvre par notre industrie seule ne suffiront pas » souligne Matthias Müller, ajoutant qu’une « véritable percée pour la mobilité électrique ne sera atteinte que si les politiques, la société et les autorités travaillent ensemble de manière plus étroite ». Le Président du groupe Volkswagen a notamment pris pour exemple la problématique de l’infrastructure, anticipant les futurs standards 150 kW sur lesquels le constructeur travaille pour sa future génération de véhicules électriques. « La confiance des clients dans l’électro-mobilité n’augmentera qu’en présence d’infrastructures visibles et opérationnelles » a-t-il souligné.

Si l’attitude moralisatrice du constructeur, pris la main dans le sac de la fraude au diesel il y a seulement quelques mois, peut prêter à sourire, elle révèle bel et bien une réalité : les nouvelles filières ont besoin d’un cadre propice et durable sur le plan politique pour avoir une chance d’émerger ! Que ce soit sur les aides à l’achat ou la fiscalité, la diversité des politiques entreprises par les Etats membres de l’UE tendent à rendre le marché européen particulièrement complexe à appréhender pour les filières alternatives et freine les investissements industriels. Une harmonisation européenne serait idéale pour fixer une ligne politique claire et des objectifs communs pour les énergies alternatives ! Nous en sommes malheureusement très loin même si certaines initiatives, comme la Directive AFI, tentent de donner plus de visibilité au sujet.

20 modèles électriques ou hybrides rechargeables d’ici 2020

Dans son discours, le Président de Volkswagen a également promis qu’il se concentrerait « plus que jamais » sur le développement durable avec la présentation d’une nouvelle stratégie 2025 dès cet été. D’ores et déjà, l’objectif est de lancer une vingtaine de modèles électriques ou hybrides rechargeables d’ici à 2020.

« Nous utilisons la crise actuelle pour réaligner fondamentalement la structure du Groupe. Je crois fortement que nous avons maintenant la chance de construire un Volkswagen nouveau et meilleur » a t-il indiqué.

Le cycle NEDC pointé du doigt

Et car le thermique continuera d’occuper une place importante, Matthias Müller a annoncé qu’il fera vérifier les taux d’émissions de ses véhicules par des organismes indépendants et extérieurs au groupe. Des tests aléatoires seront également menés en conditions de conduite réelle.

Pointant du doigt le cycle actuel de calcul des émissions de CO2, le Président de Volkswagen a également indiqué que les écarts constatés entre les tests officiels et les valeurs de consommations réelles ne sont aujourd’hui « plus acceptable ». « Nous devons repartir sur de nouvelles bases ».

Publicité