Dans le cadre de son nouveau plan de lutte contre la pollution, le Royaume-Uni compte interdire les ventes de voitures essence et diesel à compter de 2040.

Après la France, c’est au tour de l’Angleterre d’annoncer la fin des voitures thermiques. La vente des voitures essence et diesel sera ainsi interdite à compter de 2040. L’interdiction de leur circulation sur les routes du pays interviendra dix ans plus tard, en 2050.

Pour le gouvernement britannique, cette mesure s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan destiné à améliorer la qualité de l’air et doté de 3 milliards de livres de financement, soit 3.36 milliards d’euros.

Cap sur la voiture électrique

Alors que le gouvernement britannique octroie déjà des aides à l’acquisition allant de 2500 à 4500 £ (2800 à 5000 €) pour les véhicules rechargeables, son nouveau plan prévoit 1 milliard d’aides supplémentaires pour le véhicule électrique. La possible mise en œuvre d’une prime à la casse, qui viendrait compléter les dispositifs en cours, devrait être notamment discutée à l’automne.

Au delà des mesures liées à la voiture individuelle, près de 110 millions de livres (123 M€) seront dédiés au déploiement de bus propres tandis que 1.2 milliards de livres (1.34 Md€) seront consacrés au développement des modes doux comme la marche à pied ou le vélo. Le gouvernement compte également accompagner les collectivités locales dans dans la mise en place de mesures de réduction de la pollution et prévoit 255 millions de livres (285 millions d’euros) de budget.

Des objectifs ambitieux dans le domaine des batteries

Avec pour ferme intention de devenir leader sur le segment, le gouvernement britannique s’apprête à investir 246 millions de livres (275 millions d’euros) dans le domaine du stockage de l’énergie.

Baptisé Faraday Challenge, ce nouveau plan vise à « booster » la recherche et l’innovation dans le domaine des batteries de nouvelle génération. Il vise notamment à améliorer la densité énergétique des cellules pour passer de 250 Wh à 500 Wh/kg tout en réduisant leur coût de plus de moitié. Des objectifs établis à l’horizon 2035 et destinés à accélérer la compétitivité de l’Angleterre dans un domaine clé de la voiture électrique.

Notez cet article