Quelques mois avant le lancement officiellement de l’expérimentation auprès du grand public, Renault détaille le projet Rouen Normandy Autonomous Lab, une solution de mobilité du « dernier kilomètre » reposant sur une flotte de Renault Zoé autonomes.

Piloté par la Métropole Rouen Normandie, Transdev, Renault et la Matmut, le projet Rouen Normandy Autonomous Lab bénéficie du soutien de la Région Normandie et la Banque des Territoires et vise à expérimenter des véhicules sans chauffeur dans des conditions réelles d’utilisation et de circulation. Une flotte constituée de quatre Renault Zoé et d’une navette i-Cristal codéveloppée par Transdev et Lohr.

Publicité


En pratique, le service sera concentré au sein du quartier dit « Technopôle du Madrillet », situé sur la commune de Saint-Etienne du Rouvray, et vise à proposer une offre complémentaire dans une zone périurbaine difficile à desservir via les transports en commun classiques.

Ouverture au public en septembre 2018

Equipées de technologies mises au point par Transdev et Renault, les quatre Renault Zoé autonomes du projet font déjà l’objet de tests sur routes ouvertes depuis plusieurs semaines. Rond-points, intersections, cohabitation avec les autres véhicules, échanges avec les infrastructures connectées installées etc… pour les différents partenaires, l’objectif des de valider le fonctionnement des technologies autonomes embarquées qu’elles que soient les conditions et contraintes du trafic, le tout en faisant évoluer les véhicules à une vitesse commerciale équivalente à celle des véhicules classiques.

Une fois les tests validés et sous réserve de l’obtention des autorisations administratives nécessaires, l’expérimentation sera officiellement accessible au grand public avec une mise en place prévue à compter du mois de septembre 2018. S’étalant jusqu’en décembre 2019, ce second volet de l’expérimentation permettra de compléter les données récoltées liées à l’usage de la technologie mais aussi d’évaluer l’appropriation du service et de ses fonctionnalités autonomes par les usagers.

Pour monter à bord, les usagers pourront « appeler » un véhicule grâce à une application mobile. Il faudra toutefois se rendre à l’un des arrêts définis, le dispositif Rouen Normandy Autonomous Lab fonctionnant avec trois lignes totalisant 10 kilomètres et 17 arrêts tracées sur la zone en lien avec les autres modes de transport déjà en place (bus ou tramway).

Un service sans chauffeur qui restera étroitement surveillé. Logé dans un poste de contrôle, un opérateur pourra suivre la flotte en temps réel et intervenir en cas de problème pour réduire la vitesse voire interrompre le service. A bord, des interfaces de communication audio et vidéo permettront également à l’opérateur de rester en liaison avec les passagers si nécessaire.

Publicité


Publicité