Le patron de l'Alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, veut une voiture électrique low-cost pour les marchés émergents

Lors de la présentation du nouveau plan stratégique de l’Alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn a annoncé la commercialisation de 12 nouveaux véhicules 100 % électriques d’ici 2022.

Cap sur l’électrique ! Si l’Alliance Renault-Nissan n’a pas présenté de grosse nouveauté électrique à Francfort, le constructeur prévoit d’accélérer la cadence. Ce vendredi 15 septembre à l’occasion de la présentation du nouveau plan stratégique de l’Alliance, Carlos Ghosn a confirmé le lancement de nouveaux modèles 100 % électriques d’ici à 2022.



Si le constructeur n’a pas détaillé son plan produits, certains modèles devraient être dédiés à certains marchés. On pense notamment à la future Kwid électrique destinée aux marchés émergents comme l’Inde ou la Chine.

D’un point de vue plus international, le constructeur devrait présenter à Tokyo fin octobre un concept inédit annonçant le futur crossover électrique de Nissan. On sait par ailleurs que Renault compte étendre sa gamme. Il y a peu, un responsable de la marque au losange indiquait que la Twingo électrique sortirait « quand la demande sera là ». On sait également que la marque au losange s’intéresse à d’autres segments. Lors d’une enquête réalisée auprès d’utilisateurs, une citadine et un crossover avaient été évoqués (voir notre article).

Pour l’Alliance, le développement de l’électrique passe également par la mise en place d’une plateforme commune qui devrait bénéficier à Renault et Nissan mais aussi à Mitsubishi. Selon les dernières rumeurs, cette nouvelle plateforme pourrait être présentée dans le courant du mois.

20 % de ventes électrifiés d’ici 2022

Ciblant 14 millions de ventes annuelles d’ici à 2022, soit 40 % de plus en six ans, Carlos Ghosn a annoncé que « plus de 20% des ventes de l’alliance seront électrifiées » à la même période.

Un objectif qui comprend à la fois les voitures 100 % électriques mais aussi les hybrides et qui laisse entendre que l’Alliance pourrait rapidement diversifier ses technologies.

Conduite autonome et opérateur de mobilité

Dans le même temps, l’alliance prévoit de lancer 40 modèles dotés de technologies de conduite autonome, et souhaite se positionner comme un « opérateur de services de mobilité à la demande par véhicules robotisés ».