Le Volvo XC40 est disponible avec diverses architectures de motorisation. L’appellation « Recharge » est attribuée aux modèles hybrides rechargeables et 100 % électriques. C’est ce dernier que nous avons essayé sur un trajet en grande partie autoroutier.

Finition Pro

Avec sa batterie de 75 kWh de capacité énergétique utile, le SUV électrique Volvo XC40 est crédité d’une autonomie WLTP de l’ordre de 415 kilomètres. De quoi rassurer, à priori, avant de s’engager sur l’autoroute avec enfants et bagages.

Confié dans une peinture rouge fusion métallisé 725, l’exemplaire à notre disposition bénéficiait de la finition Pro qui se distingue à l’extérieur par un toit panoramique ouvrant. La dotation se complète de phares directionnels Full Led.

A bord, les occupants apprécieront le niveau d’équipement élevé de l’engin. Le conducteur, en particulier, remarquera le grand confort des sièges électriques, l’excellente qualité de son du système audio premium Harman/Kardon, et la caméra 360 degrés Surround View qui permet de retrouver sur la console le véhicule vu d’en haut. De quoi rendre presque inutile la rétrovision classique.

Entre Paris et Capbreton

Ce Volvo XC40 électrique, nous l’avons cette fois-ci essayé sur un parcours essentiellement autoroutier, entre Paris et Capbreton, dans les Landes. Pour le plaisir touristique, nous avons profité d’une nuitée dans un hôtel équipé pour la recharge des véhicules électriques, à Cognac. La moitié du trajet avait déjà été avalé.

Nous aurions pu réaliser les 800 kilomètres sur la journée, en nous arrêtant 3 ou 4 fois dans les stations de recharge ouvertes sur le trajet. L’engin accepte une puissance de ravitaillement en énergie jusque 150 kW DC, susceptible d’écourter les arrêts aux bornes.

Dans la pratique, nous avons une nouvelle fois remarqué que la réalité sur le terrain est tout autre. Jugez plutôt : 60 kW au mieux à la station Total de Limours qui promet pourtant jusque 175 kW de puissance de recharge, 151 kW chez Ionity à Tours, mais pas plus de 60-70 kW à Poitiers, chez le même opérateur.

26 kWh/100 km sur autoroute…

Pas de mystère : sur l’autoroute, les consommations s’envolent, que ce soit avec un modèle électrique ou thermique. Sauf à rouler souvent en dessous des limites de vitesse.

Avec le régulateur programmé sur 130 km/h, le Volvo XC40 Recharge a grillé 26 kWh/100 km. « C’est quand même assez gourmand », juge Maxime Fontanier. Il prévient qu’en excédant cette allure (sur autoroute allemande par exemple), ou en s’amusant à effectuer de vives accélérations dès la sortie d’une station de péage ou pour dépasser, les 30 kWh/100 km seront très vite atteints.

Conduire de façon vive est pourtant bien encouragé par les 300 kW de puissance et 660 Nm de couple de la motorisation. Elle dote le SUV électrique de la motricité intégrale et permet de réaliser l’exercice du 0 à 100 km/h en 4,9 secondes. Récupéré de la Polestar 2, l’ensemble se compose de 2 moteurs synchrones à aimant permanent de 150 kW qui se répartissent sur les 2 trains de roues.

Dans ces conditions, l’autonomie sur autoroute est réduite à 250-280 km. A moins que, comme lors de notre essai, des ralentissements fassent tomber la consommation de plusieurs kilowattheures aux 100 kilomètres.

Compact mais spacieux

Avec son empreinte au sol de 4,43 x 1,9 m, pour une hauteur de 1,65 m et un empattement de 2,7 m, le Volvo XC40 Recharge est un SUV compact, mais spacieux. Il mesure 5 cm de plus en longueur et 9 de mieux en largeur que le Kia e-Niro. Les Jaguar I-Pace et Aiways U5, en revanche, le dépassent de 25 cm.

Ce qui n’empêche pas l’habitacle et le coffre d’être accueillants. Les 413 litres de ce dernier logent sans problème plusieurs grosses valises et quelques sacs à placer au mieux. C’est suffisant pour une famille avec 2 enfants, par exemple. A condition bien sûr d’être un minimum sélectif sur les affaires à emporter.

Les 2 passagers à l’arrière disposeront de suffisamment d’espace. En revanche, le haut tunnel de service entre eux, au niveau des jambes, interdit de placer un adulte sur l’assise du milieu, tout du moins pour un long trajet. Grâce à une bonne insonorisation, obtenue d’un vitrage qui n’est pas même feuilleté, les occupants du SUV électrique compact voyagent dans le calme.

…16-17 kWh/100 km en conduite tranquille

Le terrain de jeu du Volvo XC40 Recharge ne se limite pas aux voies rapides. Ses dimensions relativement modestes pour un SUV le rendent maniable et adapté à un usage urbain. C’est d’ailleurs là que ses multiples caméras embarquées et la vue du dessus seront les plus utiles.

Sur les routes de campagne, même s’il n’est pas équipé d’une suspension pilotée, l’engin dispose d’un système d’amortissement qui travaille bien. Y compris sur les revêtements dégradés. Quelques effets de rebonds ont cependant été constatés, mais rien de méchant. Sa garde au sol élevée permet de mordre sur le bas côté pour faciliter le passage à 2 sur les voies étroites des zones rurales.

Avec le pied léger, le SUV électrique de Volvo réclame tout de même 16-17 kWh/100 km. « Ca reste gourmand, 16-17 kWh aux 100, c’est ce que va faire une Tesla Model 3 sur voie rapide », compare Maxime Fontanier. Il modère aussitôt en mettant en perspective « le charme » que dégage ce Volvo branché.

Une finition impeccable

Il n’est pas si courant que nous ayons à qualifier de « impeccable » la finition intérieure d’une voiture. Nous le faisons avec plaisir pour le Volvo XC40 Recharge à bord duquel vous n’aurez pas à craindre d’être gêné par du bruit de mobilier en roulant.

Si la présentation apparaît très épurée, c’est aussi au bénéfice d’une facilité d’usage des différentes commandes et des divers équipements. Régler la climatisation ou le niveau sonore de la musique s’effectue très facilement et rapidement. Une touche en bas de l’écran numérique et tactile permet de revenir simplement aux menus antérieurs.

Une ergonomie convaincante à tous les niveaux. « C’est la meilleure ergonomie qui existe aujourd’hui dans le monde automobile. Je trouve ça mieux que Tesla où tout est regroupé sur un écran », apprécie notre essayeur.

Réglage de la régénération à améliorer

Depuis la tablette, il est possible d’intervenir sur les paramètres des systèmes actifs dans le véhicule. Ce qui est très bien pour des dispositifs dont on retouche peu souvent les réglages.

Nous sommes cependant déçus de n’avoir que cette entrée pour jouer sur la puissance de régénération, et la mise en service de la fonction One Pedal Drive qui permet de ralentir jusqu’à l’arrêt en jouant seulement avec l’accélérateur. Des palettes au volant par exemple, à la façon des voitures électriques coréennes, auraient été très appréciées.

A l’opposé, les dispositifs (régulateur de vitesse, maintien dans la voie, distance avec le véhicule qui précède, etc.) qui dotent le Volvo XC40 Recharge du niveau 2 de conduite autonome sont faciles à gérer et fonctionnent bien.

Simple, mais efficace

Le système multimédia sous Android Auto est bien fait. Une mise à jour gratuite ultérieure permettra de profiter également des services d’Apple CarPlay déjà annoncés sur le site de Volvo. Grâce à une reconnaissance vocale efficace et la connexion du véhicule avec Google Maps, l’usage du navigateur est grandement facilité et adapté à l’électromobilité.

En annonçant une destination, le temps de trajet et la distance à parcourir vont s’afficher rapidement. Mais en plus le conducteur pourra lire une estimation du niveau de batterie à l’arrivée, ou, au contraire, une mention indiquant que des recharges seront à effectuer en cours de route. Le système gère par ailleurs très bien l’accès à YouTube Music, au bénéfice des utilisateurs abonnés.

« Simple, mais efficace, fonctionnel, et rapide : c’est tout ce qu’on demande finalement à un système embarqué », commente Maxime Fontanier.

A partir de 56 150 euros TTC

Le tarif du Volvo XC40 Recharge que nous avons essayé dépasse les 65 000 euros TTC. Selon le site Internet du constructeur, la grille du SUV électrique compact démarre à 56 150 euros actuellement.

Le modèle de base est déjà très bien équipé. Il embarque, par exemple, puisés dans une longue liste : le régulateur de vitesse adaptatif, un système de surveillance anti-angle mort, des radars devant et derrière, un hayon électrique, ainsi qu’un volant et des sièges chauffants à l’avant.