Au départ spécialisé dans les camions à hydrogène, attire les investisseurs et explose en bourse… sans avoir livré un seul véhicule.

En 2015, la start-up Nikola est née avec l’intention de vendre des camions à hydrogène. Peu à peu, l’entreprise a présenté ses projets de poids-lourd, une ambition européenne pour 2023 avec Iveco, et même un camion électrique. Mais depuis quelques jours, tout s’emballe.



Une valorisation à 30 milliards de dollars, sans aucune production

Jusqu’à présent, Nikola Motors n’avait pas attiré l’attention. Mais après son opération d’introduction en bourse il y a quelques jours, tout a changé. Le prix de l’action a tout simplement explosé, jusqu’à 88 dollars, soit une capitalisation de 30 milliards de dollars. C’est plus que Ford, alors que la start-up n’a que 5 ans, et ne commercialise aucun véhicule à l’heure actuelle.

Cet effet de bulle est très courant. Il touche aussi Tesla, dont l’action vient de passer la barrière des 1.000 dollars et dont la valeur est d’environ 175 milliards de dollars. Dans le cas de Nikola, il est encore plus extrême et pourrait retomber rapidement. Il montre néanmoins à quel point l’hydrogène est porteur et s’inscrit dans le futur de la mobilité. Attention toutefois, des sociétés comme Faraday Future et Lucid ont visé gros, et n’ont encore produit un seul modèle. Mais cela n’empêche pas Nikola de voir plus loin.

Nikola camion hydrogène vs Tesla Semi

Le Nikola à hydrogène veut bousculer le marché des camions, comme l’électrique Tesla Semi

A quand une Nikola sur les routes ?

Hors poids-lourd, la société américaine ambitionne d’intégrer le très concurrentiel segment des pick-up. Mais au lieu de s’inviter face aux futurs Tesla Cybertruck ou Ford F-150 EV, Nikola mise sur l’hydrogène, comme avec ses camions.

Révélé il y a quelques mois, le Nikola Badger adopte un style très baroudeur. Sa motorisation électrique de 906 chevaux, proche du futur GMC Hummer, sera alimenté par une batterie et une pile à combustible. L’avantage est de proposer 300 + 300 miles soit 965 km d’autonomie cumulés. C’est ainsi autant qu’un F-150 Ecoboost avec réservoir optionnel de 36 gallons, bien moins puissant (375 ch). Par contre, il ne présente qu’une configuration double cabine, là où ses rivaux disposent de très nombreuses variantes. Et oui, le pick-up, c’est l’utilitaire de base outre-Atlantique.

Bien entendu, ce Nikola Badger n’est pas encore disponible. Il ouvrira cependant ses commandes le 30 juin prochain, probablement limité à la Californie, seul Etat américain doté d’une infrastructure à hydrogène conséquente. En parallèle, Nikola proposera un buggy électrique et même un jet-ski WAV.

Nikola NZT ATV

Le Nikola NZT, le tout-terrain électrique, taillé pour visiter le Grand Canyon en silence