Selon les annonces effectuées à Zurich (Suisse) en janvier dernier, les premiers exemplaires de la Microlino, théoriquement fabriqués par le constructeur italien Tazzari, devaient être livrés au printemps suivant. C’est finalement l’entreprise allemande Artaga GmbH qui va produire ce quadricycle électrique, pour des livraisons désormais programmées au début 2019.

Enième rebondissement

L’histoire à rebondissements de l’Isetta, qui donne son style à la Microlino, continue. Quel autre engin à 4 roues aura-t-il autant changé de constructeurs depuis sa présentation à Turin en 1953 par Iso Rivolta (Isetta = Petite Iso) ? Concurrencée en Italie par la Fiat 500, la micro-citadine est ensuite produite en Allemagne et en Grande-Bretagne par BMW, mais aussi en France avec Velam, installé à Suresnes (92) dans l’ancienne usine Talbot.

De Tazzari à Artega

Il y a quelques années, Wim Ouboter, à la tête de la société helvète Micro Mobility Systems, a souhaité faire revivre l’Isetta, désormais appelée « Microlino » en devenant électrique. Une coentreprise avait été créée avec Tazzari qui souhaite maintenant se concentrer sur le développement d’autres projets hors du champ des voitures urbaines.

Artega hérite donc de la puce branchée, mais aussi de la Zero, une autre micro-citadine électrique de conception Tazzari. Des véhicules aux allures de jouets tranchant avec le bolide survolté Superelletra qui signe la renaissance du constructeur, après sa faillite, et surtout un renouveau en matière de choix technologique en chaîne de propulsion.

Filiale de Paragon

Artega est une filiale du groupe allemand Paragon qui l’avait créée, puis vendue, et enfin rachetée après la faillite. Cette parenté est une bonne nouvelle pour Micro Mobility Systems. Car Paragon a aussi comme autre filiale Voltabox, spécialisée dans la production de batteries lithium-ion pour chariots élévateurs et vélos à assistance électriques. Sans parler des différentes solutions électroniques à son catalogue, dont certaines équiperaient bien la Microlino.

10.000 réservations

Pour cette citadine, Artega compte investir environ 3 millions d’euros dans une ligne de production installée à Delbrück, à l’Est du land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Une cinquantaine d’emplois vont être créés à cette occasion.

Depuis sa présentation au début de l’année, les réservations s’envolent pour la Microlino, en dépit de l’important retard accumulé pour les livraisons. Plus de 4.500 demandes avaient été enregistrées fin janvier 2018. La barre des 10.000 viendrait d’être dépassée, représentant plus d’un an d’attente encore pour les ordres les plus récents, puisque Artega indique que son site de 3.000 m2 sera capable de produire 8.000 exemplaires de la Microlino à partir de janvier 2019. C’est en Suisse que seront livrés les premiers exemplaires.

A partir de 12.000 euros

Classée dans la catégorie européenne L7e, la puce électrique est vendue à partir de 12.000 euros. Ses dimensions réduites (L x l = 2,43 x 1,5 m) permettent d’embarquer 2 personnes et 300 litres de charge à l’arrière, à une vitesse maximale de 90 km/h. Son moteur de 15 kW de puissance, avec un couple de 110 Nm, permet d’atteindre les 50 km/h en 5 secondes. Mais il faudra être plus sage sur l’accélérateur pour espérer accrocher les 200 kilomètres d’autonomie annoncés avec le pack de 14,4 kWh de capacité (ou 120 km avec la batterie 8 kWh).

Microlino : Tazzari passe la main à Artega, avec 10.000 réservations
4.7 (93.33%) 9 votes