Citroën C5 Aircross Hybride Rechargeable

Nouvel épisode dans les débats des hybrides rechargeables : c’est au tour de Marc Muller de s’en prendre à la technologie avec une nouvelle vidéo.

La technologie hybride rechargeable fait couler beaucoup d’encre. Annonçant sur le papier des consommations records, beaucoup sont surpris des niveaux réels. Ce qui sous-entend que ces véhicules ne seraient pas aussi écologiques qu’ils le prétendent. C’est désormais au tour de Marc Muller, à l’origine du film à contresens, de s’exprimer à travers une vidéo non sans enfoncer des portes ouvertes.

Après une courte présentation, l’auteur annonce que ces véhicules consomment en moyenne 230 % de plus que ce que les constructeurs annoncent. En reprenant les raccourcis aussi empruntés par le fameux reportage de TF1, cette présentation rapide oublie de rappeler l’incohérence de la norme WLTP, dont les constructeurs sont obligés d’en annoncer les résultats.

L’hybride rechargeable, une fraude aux taxes ?

Aussi, Marc Muller indique que ces véhicules contournent les normes CO2, précisant qu’ils sont « quasiment une fraude aux taxes » ! Sauf qu’il serait tout à fait nécessaire d’indiquer que cette technologie a reçu toute la bénédiction des administrations à travers l’Europe, qui ont mis en place de nombreuses mesures incitatives pour en promouvoir le développement.

En revanche, Marc Muller précise que l’utilisation qui en est faite ne respecte pas toujours le mode d’emploi. Les clients, majoritairement professionnels en raison des cadeaux fiscaux qui leur sont attribués, ne rechargent pas assez régulièrement leur véhicule. Pourtant, c’est là le seul moyen de pouvoir effectuer des trajets en mode 100 % électrique, et donc faire « virtuellement » baisser la consommation.

La norme WLTP seule responsable

La conclusion du rapport est d’ailleurs sans appel : les différents relevés de consommations montrent très clairement que c’est la fréquence des recharges qui influe sur les moyennes. Aussi, rappelons que même avec une batterie chargée à fond, le fonctionnement hybride ne permettra jamais d’atteindre les valeurs annoncées par la norme WLTP.

Encore une fois, beaucoup voient dans les véhicules hybrides rechargeables l’occasion de reconstruire un fiasco sur les traces du dieselgate. Mais rappelons que les constructeurs ne sont en rien responsables. Seul le protocole de mesure de la norme WLTP, qui effectue une corrélation entre les consommations et l’autonomie électrique, induit en erreur.