Peugeot souhaite désormais devenir très vite un acteur incontournable de la mobilité électrifiée (électrique et hybride rechargeable). Dans un document réalisé à l’intention des commerciaux de son réseau qu’Automobile Propre a pu consulter, le Lion affiche une ambition galopante pour 2020. Afin de la transformer en réussite, il donne des conseils et des pistes à suivre avec les clients et prospects.

45% de voitures branchées

Dès le début de la présente année 2020, les objectifs à suivre par les services commerciaux de Peugeot sont de 20% de voitures 100% électriques (e-208 et e-2008) et de 25% d’hybrides rechargeables (508 berline et break, et 3008).



Autant dire que ces pourcentages sont particulièrement ambitieux et en totale rupture avec les mises en garde encore récentes de Carlos Tavares, le patron de Peugeot, au sujet de l’impact de ces modèles sur l’environnement au sens large. Nous pourrions même les qualifier d’irréalistes pour 2020.

Le Lion justifie de diverses façons ce programme.

Conscience environnementale

Peugeot explique à son réseau que la conscience environnementale des consommateurs est de plus en plus développée. Un phénomène qui touche aussi l’automobile.

« Les clients souhaitent se tourner vers des véhicules ‘propres’ et bien qu’il faille éviter la confusion entre véhicules électriques et écologiques, ils les perçoivent souvent comme non polluants », argumente le constructeur.

A ses conseillers de clientèle, il rappelle dans son récent document les chiffres de 2018 : 218.000 voitures électriques et 163.000 hybrides rechargeables vendues en Europe, respectivement en progression de 46 et 24% par rapport à 2017.

Normes contraignantes de l’UE

L’industriel met aussi et surtout en avant la norme CAFE (Corporate Average Fuel Economy) à partir de laquelle la Commission européenne impose dès cette année une réduction moyenne des émissions de CO2 à 95 grammes par kilomètre, contre 130 jusque-là, pour les voitures particulières immatriculées.

Cette nouvelle exigence, il la traduit ainsi pour son réseau : « Pour respecter nos objectifs sur les émissions de CO2, nous devons vendre des véhicules électrifiés pour compenser l’essence et le diesel ».

Le Groupe PSA envisage d’ailleurs que d’ici 2025, le « marché européen des véhicules électrifiés sera multiplié par 13 ».

Des affaires à faire en 2020 ?

Cette pression exercée par l’UE sur les constructeurs est sans doute une aubaine pendant les quelques années où une frange importante d’automobilistes voudra encore s’équiper de voitures particulières thermiques, en particulier des SUV. Car ces industriels devront compenser ces ventes avec des modèles très peu émissifs.



Peugeot le sait très bien, qui écrit à ses commerciaux : « Les constructeurs qui ne respecteraient pas ces objectifs se verraient imposer de lourdes sanctions financières ». Ce qui laisse espérer des prix cassés sur les voitures électriques et hybrides rechargeables à partir du 2e semestre et en toute fin d’année, afin d’échapper à des amendes qui seraient au final plus lourdes.

A pertes identiques, il est préférable de privilégier la solution qui permettra de lancer plus de véhicules sur les routes. Cette présence plus forte jouera aura l’impact positif d’un bon spot publicitaire.

Un tel scénario concernerait potentiellement toutes les marques à la traîne en matière de gamme branchée. Dans le cas de Peugeot, l’arrivée du groupe Fiat Chrysler Automobiles sous son giron accentue le phénomène, tant le retard pris par les nouveaux arrivants est important.

Avantages

Pour ses services commerciaux, Peugeot dresse une liste d’avantages liés à l’usage des véhicules électriques. Et ce, afin de les aider à convaincre clients et prospects.

Le Lion a ainsi recensé : augmentation du plaisir de conduire, nouvelles sensations, conduite fluide sans à-coups, une accélération nette grâce au couple moteur immédiat, absence de vibrations, réduction des nuisances sonores en ville, forme de zénitude pour le conducteur et les passagers, stationnement gratuit dans certaines communes, accès aux zones de circulation restreintes lors des pics de pollution, moins de frais d’entretien, usure moindre des pièces, absence d’odeur liée au carburant, etc.

Pas écologique

En revanche, le document précise bien de ne pas parler de « véhicules écologiques » du fait de la pollution générée lors de la fabrication des batteries et de la production de l’électricité qui les alimentera à l’usage.

Le recyclage des batteries est crédité en 2018 d’un taux de 70%, supérieur aux attentes réglementaires (50%).

2 cas pour les modèles électriques

Réservées aux clients demandeurs d’une voiture de segment B, comme l’est la e-208, les voitures électriques sont à placer dans 2 cas qui ont en commun un accès facile à la recharge.

Dans le premier, l’utilisateur « parcourt 80 kilomètres par jour et vit en maison en zone rurale. Il parcourt quelques longs trajets par an ». Peugeot estime qu’un tel automobiliste est « 100 % compatible avec l’usage d’un véhicule 100% électrique » qu’il pourra utiliser tous les jours. Au besoin, il aura recours, pour ses longs trajets, au service Free2Move. Ce profil est présenté comme également compatible avec une hybride rechargeable.

Le deuxième cas s’intéresse à ceux qui vivent en appartement à proximité d’une grande ville, effectuent des trajets quotidiens d’une centaine de kilomètres, ne disposent pas de place de parking, mais ont la possibilité de recharger leur voiture au travail.

2 cas pour les hybrides rechargeables

Ici, ce sont les clients souhaitant des voitures de segments C (Compactes bicorps et tricorps) et D (Berlines familiales) qui sont attendus.

Un premier cas regroupe les automobilistes qui roulent 40 kilomètres par jour et habitent dans un immeuble en centre-ville, disposent d’une place de parking, font de longs trajets tous les trimestres, voire tous les mois. « Il peut invoquer son droit à la prise pour installer une solution de recharge sur sa place de parking. Il pourra donc rouler toute la semaine en mode zéro émission, en rechargeant son véhicule tous les soirs et profitera de la polyvalence d’usage pour ses longs trajets », analyse Peugeot pour une personne de ce groupe compatible avec l’usage d’une voiture hybride rechargeable.

C’est aussi le cas pour ceux qui résident en pavillon, bénéficient d’un emplacement de stationnement, ont des déplacements quotidiens de 50 km au total, mais, le week-end, se rendent avec leur famille dans leur résidence secondaire à plus de 300 km. Ce cas est également considéré par Peugeot comme compatible avec une voiture électrique « à condition d’être prêt à s’arrêter sur les longs trajets pour se recharger » ou si le foyer possède aussi un modèle thermique.

Electro-compatibilité

Plus globalement, Peugeot laisse à ses agents commerciaux le soin d’évaluer la compatibilité électrique de leurs clients en fonction de 3 paramètres :

Le kilométrage à effectuer quotidiennement. Pour moins de 150 km, les voitures électriques et hybrides rechargeables sont possibles, et ces dernières aussi au-delà de ce rayon, sous conditions.

La fréquence des longs déplacements est ensuite prise en compte, en privilégiant les électriques quand ils sont rares. Au besoin le Mobility Pass permet de proposer un modèle thermique pour les trajets les plus importants.

Dernier critère, l’accès à la recharge et à une place privative. A défaut, l’exploitation des bornes d’accès publique peut être une solution palliative.

L’essai

Peugeot préconise de préparer la venue du client ou du prospect en garant en évidence le modèle thermique qu’il souhaite essayer à côté de sa déclinaison électrifiée. Lors du parcours sur route et en ville devront être mis en avant pour les versions électriques et hybrides rechargeables les « 5 zéros : 0 bruit, 0 vibration, 0 changement de vitesse, 0 émission de CO2 en roulage et 0 odeur de carburant ».

Une offre de financement devra être systématiquement proposée pour fidéliser l’automobiliste en indiquant bien le coût à l’usage en mode électrique.

Infos

Le Lion a fait un véritable effort d’information de ses conseillers au sujet de la recharge qui est décortiquée à 360 degrés sur plusieurs pages. Un conseiller scrupuleux devrait être quasiment incollable sur les questions habituelles.

Il aura aussi reçu des éléments de comparaison avec des modèles de la concurrence : Renault Zoé, Nissan Leaf, Hyundai Ioniq, Volkswagen e-Golf et ID.3 pour les électriques ; Mitsubishi Outlander, Renault Captur, Volvo XC40 et Volkswagen Passat GTE pour les hybrides rechargeables.