Sans avoir réellement d’autre choix, Kia mise sur une électrification massive de sa gamme pour tenir ses objectifs CO2. Si elle souhaite éviter les sanctions financières de Bruxelles, la marque coréenne devra livrer au moins 40.000 voitures électriques en 2020.

« Ne pas atteindre les cibles n’est pas une option. Notre siège coréen ne l’acceptera pas », a déclaré Emilio Herrera, en charge de l’exploitation de Kia Europe, lors d’une interview accordée à Automotive News Europe.

Selon une étude réalisée par PA Consulting, la marque coréenne devrait manquer de 3,2 grammes les objectifs imposés par l’Europe l’an prochain. De quoi faire risquer de lourdes amendes au constructeur. « Payer des amendes serait considéré comme un échec majeur de la culture coréenne » souligne le représentant de la marque qui exclut la possibilité de réduire ses volumes de production.

Publicité


Pour tenir les objectifs drastiques imposés par la Commission Européenne, la marque compte s’appuyer sur sa gamme 100 % électrique. Et si les ventes ne s’avèrent pas satisfaisantes, Kia a déjà en tête plusieurs pistes pour doper ses résultats. Il s’agira en premier lieu d’agir sur sa propre flotte en imposant l’électrique sur l’ensemble des véhicules de démonstration de ses concessionnaires, en électrifiant la flotte de ses collaborateurs ou en convertissant à l’électrique les véhicules que la marque propose en libre-service sur le marché espagnol.

Et comme chaque petit geste compte, le constructeur évoque la possibilité d’intégrer des pneus à faibles émissions sur l’ensemble des modèles qu’il commercialise. De quoi gagner quelques précieux grammes de CO2 sur chaque véhicule vendu.

40.000 véhicules électriques dès 2020

« L’électrification globale sera cruciale. Sans véhicules hybrides et à batteries, il sera presque impossible pour Kia d’atteindre ses objectifs « a averti Herrera. « Kia Europe doit sécuriser autant de véhicules électriques que possible pour pouvoir augmenter ses ventes ou tout au moins les maintenir » a-t-il poursuivi.

Selon les estimations du groupe, Kia devra vendre 40.000 voitures 100 % électriques en Europe en 2020 pour atteindre les objectifs CO2 imposés par l’Europe. C’est plus de deux fois plus que les 16.000 voitures électriques (12.000 e-Niro et 4000 Kia e-Soul) inscrites au prévisionnel du constructeur cette année.

Des modèles dont le succès est tel que les ruptures de stocks sont nombreuses sur certains marchés. « Dans la plupart des pays, nous avons déjà vendu les quantités allouées pour 2019 (…) ces pays vendent déjà la production 2020 » a indiqué Emilio Herrera qui ajoute que la production de batteries allouées aux deux modèles devrait augmenter au cours du second semestre de cette année. De quoi permettre au constructeur de livrer davantage de véhicules sur 2020.

Une gamme électrique étendue

Pour Kia, l’enjeu tient également à la mise en place d’une filière industrielle européenne pour la production de ses modèles branchés. Alors que Hyundai a récemment annoncé vouloir rapatrier la production du Kona électrique en République Tchèque au cours des prochains mois, Kia lancera en fin d’année en Slovaquie la production des versions hybrides rechargeables de la Ceed et du XCeed. Deux modèles dont l’arrivée sur le marché européen est prévue pour janvier 2020.

En version hybride rechargeable, la Kia XCeed sera lancée en 2020

D’autres modèles sont également attendus : le Sorento sera décliné en versions hybride et hybride rechargeable dès l’an prochain tandis que la version définitive du concept électrique Imagine by Kia, présenté en mars dernier à Genève, est prévue pour 2021.

Permettant d’abaisser de 10 à 20 % les émissions de CO2, les hybrides légers sont également considérés comme un axe prioritaire. Alors que la Ceed aura droit à l’hybride light en fin d’année, la marque envisage d’étendre la technologie à l’ensemble de sa gamme.

Publicité


Publicité