Le « super camion » Hummer fait son retour au sein de la marque GMC en Amérique du Nord sous la forme d’un pick-up électrique surpuissant offrant jusqu’à 563 km d’autonomie.

Si cette voiture était une personne, elle se nommerait Arnold Schwarzenegger. D’abord incarnation de l’Américain bodybuildé engloutissant des décalitres par jour, il se veut désormais écolo, à fond dans le vert et renouvelable. Le Hummer adopte un cheminement similaire, passant du 4×4 (à peine) civilisé à un utilitaire électrique.



Attention, le GMC Hummer EV ne renie pas ses origines, avec des muscles à revendre, campé sur ses grosses roues de 35 pouces. C’est au travers d’une simple vidéo de 5 minutes que l’on a découvert le gros bébé de General Motors, alors que l’on s’attendait à un direct en grande pompe sportive. Il faut dire que les teasers mettaient l’eau à la bouche avec Lebron James en guest star, lors du Superbowl, finale du football américain en janvier dernier.

Un monstre à électrons

Spectaculaire, le GMC Hummer EV l’est, mais ne donne pas ses dimensions exactes. On estime la longueur à près de 6 mètres pour 2,10 mètres de large et 2 mètres de haut. Il soigne cependant son apparence avec ses phares dynamiques affichant aussi le niveau de batterie. Ils font corps avec la calandre, aussi lumineuse en exposant le nom HUMMER, alors que le logo GMC est à peine visible dans le bouclier avant. Dans l’habitacle 4 places, tout respire le solide. Même les écrans semblent être des tablettes taillées pour affronter une expédition désertique.

Leurs affichages font aussi très futuristes, dignes d’un film de science-fiction, et viennent illustrer les différents modes de conduite du bestiau. Chaque roue est motrice et directrice, de suspensions indépendantes à amortissement piloté (l’assiette augmente de 10 cm à la demande), et le mode crabe vient les pivoter de 10° pour rouler en diagonale. 5 modes plus conventionnels se présentent, où celui de route « Touring » se croit sur la Lune, ou « Off-road » sur Mars (voir galerie photos). Des caméras « Ultravision » montrent également les objets invisibles pour le conducteur via l’écran central de 13 pouces.

Couple démentiel et jusqu’à 563 km d’autonomie

Question technique, GMC fait dans la démesure. Le Hummer EV Edition 1 opte pour 3 moteurs. Il développe 1 000 chevaux de puissance et 15 591 Nm de couple. La version EV3X tombera à 800 chevaux et « seulement » 12 880 Nm, les EV2X et EV2 n’utilisant que 2 moteurs cumulant 625 chevaux et 10 000 Nm.

Nous n’avons pas la taille des batteries « Ultium » de nouvelle génération que propose le duo GM-LG Chem, ayant évoqué jusqu’à 200 kWh. On se contente des seules valeurs d’autonomie : 563 km au maximum, 482 km en EV2X et EV3X, ou 400 km pour l’entrée de gamme. Seule l’Edition 1 devrait proposer la recharge à 350 kW, promettant la récupération de 160 km en seulement 10 minutes. C’est également ce véhicule que vous voyez en images avec son toit à panneaux amovibles.

Lancement à l’automne 2021, version de base en 2024

Pour ceux qui attendaient le Hummer électrique de pied ferme, il faudra être très patient. Ce n’est qu’à l’automne 2021 que la série de lancement « Edition 1 » débutera ses livraisons, à 112 595 dollars (95 140 euros). Rajoutez un an pour le haut de gamme Hummer EV3X, à 99 995 dollars (84 495 €). Au printemps 2023, l’EV2X à 89 995 dollars (76 045 €) complétera le catalogue, et enfin 2024 verra la finition de base EV2 à 79 995 dollars (67 595 €). A ce stade, seule la réservation est ouverte avec un premier acompte de 100 dollars (85 euros).



Sa fabrication sera 100 % américaine, dans l’usine de Detroit Hamtrack (Michigan), que GM a rebaptisé Factory ZERO la semaine dernière. Chez nous, pas question de voir ce « super camion » (appellation du site canadien), car il n’est pas prévu en Europe. Il sera néanmoins intéressant de l’opposer au Tesla Cybertruck, son futur grand rival. Le Hummer électrique se déclinera aussi en version SUV, non présentée à ce jour.