Si le gouvernement a réaffirmé ce dimanche le maintien du cap quant aux taxes sur le diesel, deux mesures phares de la loi d’orientation des mobilités viennent d’être abandonnées.

Pour le gouvernement l’heure est à l’apaisement. Alors que les images de la mobilisation des Gilets Jaunes ce samedi sur les Champs Elysées ont fait le tour du monde, le gouvernement tente une sortie de crise, quitte à réduire à nouveau le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) dont la présentation aura lieu ce lundi après-midi en Conseil des Ministres.



Les péages urbains abandonnés

Figurant dans le texte présenté en octobre, les péages urbains ont été abandonnés. Calqués sur les dispositifs déjà en place à Londres ou à Stockholm, ils visaient à la mise en place d’un « tarif de congestion » avec un double objectif. Celui de réduire la circulation de réduire et celui de limiter la pollution de l’air. Variant de 2.5 à 5 euros, ce droit d’entrée aurait en outre permis de favoriser les véhicules les moins polluants. A Londres, les voitures électriques sont ainsi dispensées de taxes.

« Manifestement, cette mesure est perçue comme risquant d’accentuer les fractures entre territoires. Nous ne voulons pas créer de faux débats, aussi cette disposition ne figure pas dans le projet de loi » justifie un porte-parole du ministère des Transport. A cela s’ajoute l’intérêt modéré des collectivités. Selon Le Figaro, aucune  agglomération ne se serait montrée intéressée par la mise en place de péages urbains .

La vignette poids-lourds provisoirement retirée

Jugée « trop sensible » compte tenu du contexte actuel, le projet de vignette poids-lourds est également retiré mais seulement de façon provisoire. Pour le gouvernement, il s’agit d’éviter de donner un motif aux transporteurs pour rejoindre le mouvement des gilets jaunes.

Dédiée aux poids-lourds, cette taxe devait permettre de financer la rénovation des infrastructures à hauteur de 500 millions d’euros par an dès 2020.  Sur le plan écologique, la mesure aurait pu permettre de valoriser l’usage des carburants alternatifs en accordant des exonérations totales ou partielles aux transporteurs ayant fait le choix du gaz ou de l’électrique.

« C’est un sujet sensible sur lequel il est utile de prendre son temps« , a justifié au JDD Elisabeth Borne, la Ministre des Transports. Le gouvernement devrait donc revenir d’ici fin 2019 avec de nouvelles propositions.

Haut conseil pour le climat

Alors que le projet de loi d’orientation des mobilités sera présenté ce lundi 26 novembre en début d’après-midi en Conseil des Ministres, Emmanuel Macron prévoit d’autres annonces ce mardi.

Pour le chef de l’Etat, il s’agit de donner un nouveau cap sur la transition énergétique. Parmi les annonces attendues lors de la présentation de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) figure la création d’un « Haut Conseil pour le Climat ». Composée d’élus, de syndicats, d’ONG et d’associations, la structure devra rendre la transition écologique plus « acceptable » et visera « à susciter moins de crispations » sur la « politique énergétique et ses conséquences fiscales » indique le JDD qui a révélé l’information.