diesel-un-euro

Qui aurait pu croire l’an dernier à la même époque que le gazole s’afficherait à un prix aussi bas que 1€ le litre début 2015 ? Probablement personne.

Pourtant depuis quelques semaines, malgré l’augmentation des taxes sur le gazole, le prix du litre de gazole se rapproche du seuil symbolique de 1€ / L. Ça change quoi au juste ?

Publicité


I. Facture pétrolière française en forte baisse

Si pour deux automobilistes sur trois, le gazole à 1€ est d’abord synonyme de plein moins chers qu’à l’habitude, pour la nation, le carburant moins cher est synonyme d’un énorme coup de pouce pour l’équilibre de la balance commerciale.

À raison de 50 milliards de litres de carburant consommés sur l’ensemble du territoire rien que pour les transports, l’économie annuelle se chiffre à près de 20 milliards d’euros par an tous secteurs confondus !

De quoi financer l’installation de plusieurs de milliers de bornes de recharge électrique (rapides) et la fourniture d’électricité qui va avec pendant plusieurs dizaines d’années…

II. Les véhicules à moteur Diesel plus que jamais compétitifs

À 1€/L, une Renault clio IV dCi permet à son propriétaire de parcourir 1000 km pour moins de 50 €. C’est moitié moins que ce qu’il faut débourser pour parcourir la même distance avec une Renault ZOE, la location de batterie qui va avec et le coût en électricité correspondant.

Même dans le cas de figure où la location est incluse dans le prix du véhicule, il faudra débourser entre 20 et 30 € d’électricité pour parcourir la même distance. Autant dire que dans les mois à venir, il va falloir miser sur autre chose que l’argument économique pour rendre le VE plus attractif que son homologue à pétrole.

III. La qualité de l’air sur le devant de la scène

Après des années de discours mono-orientés à la faveur du CO2, les décideurs et les constructeurs automobiles vont devoir réajuster leurs discours. En remettant sur le devant de la scène la question des polluants minoritaires, les technologies hybrides et électriques vont naturellement être propulsées au rang des solutions incontournables pour l’avenir.

Contrairement aux moteurs 100 % pétrole, fussent-ils euro 6, qui émettront toujours des polluants indésirables – même en quantité très faibles – pour circuler en milieu urbain à faible allure, les technologies hybrides et électriques conservent dans le temps d’excellentes performances environnementales.

On saluera à ce titre l’initiative de la mairie de Paris qui après des années de tergiversation va enfin durcir le ton face aux véhicules les plus polluants encore en circulation. Une mesure d’urgence sanitaire tant l’air parisien est devenu au fil des ans de plus en plus irrespirable, été comme hiver.

Un problème bien connu, en grande partie due aux quelques centaines de milliers de vieux véhicules qui y circulent quotidiennement ou presque et qui ne respectent plus aucune norme surtout lorsque les véhicules en question souffrent d’un entretien minimaliste voire inexistant.

Publicité


IV. Changer d’époque

L’autre raison qui aide à rester optimiste face au gazole à 1€, c’est l’inévitable changement d’époque que nous sommes en train de vivre et qui va nous conduire, qu’on le veuille ou non, à abandonner très progressivement le moteur à pétrole pour tous les usages pour lesquels il n’a plus sa place aujourd’hui.

Une (r)évolution certes assez lente qui mais devrait s’accélérer au fur et à mesure que les grandes villes françaises, à l’instar de Paris, décideront à leur tour de durcir le ton face au excès du tout pétrole.

Vive le futur !

Publicité