La Fisker Karma

La presse automobile américaine a enfin pu tester la Fisker Karma en version EcoChic sur un circuit californien. Le bilan des essais semble largement positif, à une exception près : le bruit excessif du moteur qui sert de « prolongateur d’autonomie ».

Première constatation : contrairement à la Volt, il s’agit bien d’une voiture électrique, car le moteur GM Ecotec de 2 l et 4 cylindres turbo d’une puissance de 255 ch ne sert qu’à recharger la batterie. Et c’est là que le bas blesse, le bruit de ce moteur placé sous le capot avant n’étant pas digne d’une voiture qui coûte plus de $100 000. D’autant plus que les pots d’échappement sortent directement derrière les … roues avant !

Publicité


Deux moteurs électriques fabriqués en Chine et d’une puissance totale de 403 ch propulsent les roues arrière. Les batteries américaines A123 de 20 kWh pèsent près de 280 kg, pour un poids total de la voiture d’environ 1,8 tonne. Elles permettent une autonomie de 80 km en propulsion électrique sans le générateur.

Fisker Karma Electrique

La Karma a deux modes de fonctionnement. En mode « stealth », la voiture fonctionne sans le moteur-générateur, mais la vitesse maximale est limitée à 153 km/h. Le 0 à 96 km/h est fait en 7,9 secondes. Lorsque les batteries sont vides, le moteur à essence se met en route pour les recharger et permet une autonomie supplémentaire de 480 km.

En mode « sport », le moteur à essence de la Karma fonctionne en permanence, ce qui permet de mieux exploiter la batterie. Le 0 à 96 km/h est atteint en 5,9 secondes, et la vitesse maximale est de 200 km/h. L’autonomie totale est alors de 480 km (le réservoir contient 36 litres). Pour les deux modes, le moteur à essence ne sert que de générateur.

Fisker Karma intérieur

Les journalistes ont été très impressionnés par la finition intérieure de la Karma. Il est vrai que la version essayée était la version haut de gamme, l’EcoChic, surnommée également la version « animal free », c’est-à-dire qu’il n’y a pas de cuir, uniquement des étoffes, du faux cuir et du bois recyclé.

Aux USA, le mouvement écologique est très conscient des problèmes écologiques résultant de l’élevage industriel ainsi que de la souffrance animale. De très nombreuses stars d’Hollywood, du monde de la musique ou de Silicon Valley sont végétaliens. Et ce sont les « early adopters » des nouvelles technologies.

Par exemple, Toyota n’a jamais fait de version avec intérieur cuir pour la Prius, de peur de nuire à son image. Mercedes et BMW font tous des versions haut de gamme avec des intérieurs en faux cuir (même sur les Mercedes AMG !). Il est fort à parier que l’EcoChic, malgré son prix plus élevé, sera la version la plus vendue aux USA.

Publicité


Publicité