Essai Renault Megane e-Tech : les temps de recharge et de voyage issus de notre Supertest


Passée au crible à travers nos différents protocoles lors de la première partie de notre Supertest consacrée notamment à la consommation, la Renault Megane e-Tech livre désormais ses secrets en matière de recharge. Prometteuse sur le papier, elle reste finalement dans la moyenne.

Publicité

Afin de faire la lumière sur les voitures électriques et leur consommation, nous avons décidé de mener des essais réels en grandeur nature, en faisant parcourir près de 2 000 km à chaque modèle étudié. Une occasion de mesurer l’autonomie sur les longs parcours sur autoroute, mais aussi les consommations mixtes et les puissances de recharge sur les bornes rapides. Pour cela, nous avons mis en place un protocole strict pour chaque voiture.

Supertests de voitures électriques
notre protocole de test complet

Courbes de recharge de la Renault Megane électrique : un plein « utile » en 37 minutes

Suivant la trajectoire de la Volkswagen ID.3, sa concurrente naturelle, la Renault Megane e-Tech dispose en haut de gamme d’un système capable de prendre 130 kW de puissance en pic. Ce qu’elle a presque réussi à atteindre lors de nos deux différents essais en plafonnant très rapidement à 128 kW de puissance. Hélas, les réjouissances ne durent pas puisque la puissance chute à 106 kW avant de former un très léger plateau puis d’entamer une dégringolade quasi linéaire jusqu’en fin de charge. Pour profiter de la puissance maximale annoncée, il faudra donc aller chatouiller le bas de la batterie et se brancher sous un taux de 15 %.

Les choses s’améliorent à peine avec la fonction de préchauffage de la batterie via l’excellente navigation fournie par Google Maps. Mais c’est jusqu’à 25 % que les gains se font sentir, avant que la courbe ne rejoigne son niveau préalablement observé. Pas de quoi marquer une véritable différence puisqu’elle se traduit par seulement une minute de gagnée sur l’exercice du 10-80 %.

Sur les bornes rapides, la Renault Megane e-Tech a effectué le 10-80 % en 37 minutes. Soit près de 46 kWh récupérés en moyenne selon les informations des différentes bornes testées, ou 42 kWh en fonction de la capacité nette de la batterie annoncée. La fin de charge de 80 % à 100 % est aussi longue puisqu’il faudra compter 38 minutes supplémentaires, même si atteindre les 90 % ne réclame que 10 minutes de plus. Inutile de préciser encore une fois que l’opération n’est pas rentable, tant financièrement qu’en temps. D’autant que ces 20 % seront consommés deux fois plus vite sur autoroute, en un peu plus de 20 minutes ou 45 km.

Courbe de recharge type
10-80 % 80-100 % 10-100 %
Temps de recharge (min) 37 3 8 75 (1 h 15)
Autonomie gagnée (km) 170 48 218

Autonomie récupérée : 170 km en 37 minutes pour la Megane e-Tech

En croisant ces données avec les valeurs de consommation que nous avons relevées précédemment, la Renault Megane électrique peut donc récupérer près de 170 km d’autonomie en 37 minutes. Voilà qui est loin des 250 km retrouvés en 25 minutes sur la brochure, puisque celle-ci prend en référence les chiffres WLTP. Sauf que lorsque l’on se branche sur une borne rapide, c’est très généralement sur autoroute. Et c’est là où l’appétit s’envole.

En matière de prédiction, le système se montre toujours rassurant. Certes, en cours de route, l’affichage prend en compte les 75 derniers kilomètres glissants, ce qui se montre plutôt dans la moyenne sans être trop optimiste. Mais gare si du relief se présente à vous. Au contraire, en fin de charge, l’autonomie affichée est toujours pessimiste, donnant l’impression d’ajouter 4 kWh/100 km de plus à la moyenne qui sert préalablement de base. Bref, ce ratio SoC/autonomie fait qu’on ne se fait jamais surprendre.

À lire aussi Essai Renault Megane électrique : toujours plus E-Tech-nologique

Combien coûtent les recharges de la Renault Megane électrique ?

Au tarif plein chez Ionity, la recharge 10-80 % pourrait coûter 29,23 € (0,79 €/min hors frais opérateurs). Chez Fastned, qui préfère une facturation à l’énergie consommée, la même opération s’élèverait à 26,86 € (0,59 €/kWh hors frais opérateurs). Règle de trois, le coût de revient de la Megane sur autoroute aux vitesses réglementaires entre deux stations représenterait, comme dans notre cas, un montant moyen de 16,5 €/100 km.

Sur ce trajet, nous avons effectué trois recharges pour un montant total de 56,06 € hors frais d’opérateur. Soit un coût final de 13,03 €/100 km à notre dernière station du trajet (à 430 km de parcours). Réduire le budget total dépendra donc de la solution de recharge choisie pour remonter au SoC de départ, ici 80 %.

Planificateur d’itinéraire embarqué, ABRP et ChargeMap : match nul

Pour voyager sereinement en voiture électrique, il est impératif de préparer le voyage. C’est ce que les planificateurs d’itinéraires embarqués et sur applications mobiles proposent d’automatiser pour vous indiquer le chemin et le temps de trajet, mais surtout les différentes stations à viser pour se recharger ainsi que le temps de recharge à prévoir.

Reposant sur une excellente navigation fournie par Google, la Renault Megane propose son propre planificateur. Très étonnamment, il fait le choix d’un trajet inattendu pour rejoindre la Porte d’Orléans à Paris, notre ligne d’arrivée, en nous faisant passer par la Nationale 7 avant d’enquiller sur l’A77. Selon lui, c’est un raccourci de 20 km passant de plus par une route secondaire où les consommations sont faibles. Cependant, il n’y a alors pas d’autres choix que de se brancher sur une borne 50 kW DC, faisant grimper le temps d’immobilisation à un total de 1 h 35. Cela peut être intelligent dans le sens nord-sud (où nous avons rencontré des complications sur l’A6), mais pas dans l’autre où les bornes rapides ne manquent pas.

À lire aussi Essai Renault Megane e-Tech : les temps de recharge et de voyage issus de notre Supertest

Du côté de A Better Route Planner, le trajet est plus habituel et logique. Nous n’avons modifié aucun paramètre, hormis la sélection du véhicule correspondant, le taux de charge réel au départ et un taux arbitraire de 20 % à l’arrivée. Au final, celui-ci nous demande de nous arrêter uniquement sur des bornes Ionity pour un total de 41 minutes de recharge et 4 h 34 de parcours, soit un total de 5 h 15. Le planificateur Chargemap fait des choix encore différents avec une station Fastned, une Ionity et une borne Total Énergie. Avantage ici en matière de prédiction puisqu’il ne nous demande jamais de dépasser la barre des 80 % au-delà de laquelle l’opération n’est pas rentable. D’après lui, ce trajet réclame 5 h 8 de trajet dont 47 minutes de recharge.

Le réseau de bornes sur ce trajet étant ce qu’il est, nous décidons de partir avec 80 % de charge. Suffisant pour atteindre la – belle – station Fastned de Saint-Ambreuil, la plus éloignée de notre point de départ. En rechargeant le juste nécessaire pour arriver à la prochaine station, nous restons immobilisés 28 minutes. Soit une minute de moins qu’à la station Ionity de Maison-Dieu, installée près de 130 km plus loin. Notre dernière recharge servira de complément pour atteindre notre objectif avec 13 minutes de plus pour nous débrancher à 45 % de charge.

Au final, notre stratégie se traduit par un temps de roulage de 4 h 21 et 1 h 10 de recharge, pour un temps total brut de 5 h 31. En ajoutant un forfait de 4 minutes par étapes (un temps arbitraire pour entrer et sortir de l’aire ainsi que brancher la voiture), notre trajet représente 5 h 43 pour 500 km.

À lire aussi Guide d’achat : bien choisir sa Renault Megane électrique

Constatons ici que A Better Route Planner est complètement à côté de la plaque sur certains temps de recharge : selon lui, il faut 16 minutes pour passer de 52 % à 91 % quand il faut compter dans la réalité largement plus du double ! Un peu plus proche de la réalité, quoiqu’encore un peu optimiste, Chargemap se rapproche des temps que nous avons observés. Mais il pêche en matière de choix de bornes puisqu’il nous préconisait de viser la borne 160 kW SDEY à la sortie 22, déclarée en panne et 4,5 km plus loin que la Ionity Maison-Dieu !

Précisons par ailleurs pour conclure ce copieux chapitre qu’en forçant la navigation de la Renault Megane, celle-ci prévoyait bien d’arriver à la station Fastned avec un taux de 18 % et s’est souvent montrée réaliste, avec des prédictions 10 % certes trop élevées au départ, mais s’affinant au fil des kilomètres.

 

Le Supertest, c’est quoi ?

Amoureux des chiffres et allergiques aux fiches techniques officielles, le Supertest, nouveau format d’essai d’Automobile-Propre, est fait pour vous, rassemblant des données collectées lors d’un essai en conditions réelles et selon un protocole transparent et précis. Mais ce qui fait toute la valeur de cette rubrique, c’est notre article récapitulatif qui permet confronter les valeurs relevées des modèles essayés et que nous mettons à jour après chaque essai.

Si vous souhaitez aller plus loin, n’hésitez pas à consulter nos essais et à échanger avec la communauté sur notre forum de discussion.


En savoir plus sur le véhicule Renault Megane électrique

Publicité


Sur le même sujet

Commentaires

Copyright © 2022 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre