Inauguration station Karregreen de Ploërmel

Ce nouvel établissement conçu pour distribuer du bioGNV, de l’électricité verte, et, plus tard, de l’hydrogène, constitue un démonstrateur pour un réseau de 150 stations multiénergies qui devraient être mises en service à échéance 2024.

Un look industriel dépouillé qui séduit les professionnels

Inaugurée le 1er juillet 2021, pour une ouverture publique en septembre prochain, la station modèle de Karrgreen est implantée au cœur de la zone industrielle de Camagnon, au sud de Ploërmel. Avec ses 2 conteneurs et son auvent recouvert de panneaux solaires, son architecture tranche avec le tout premier site ouvert à Locminé. Sous l’impulsion de la société d’économie mixte Liger, il reprenait le cadre d’une station-service classique implantée en centre-ville pour distribuer du bioGNV.



Désormais, les établissements Karrgreen se dresseront au bord ou à proximité des grands axes empruntés par les camions et autocars, avec une configuration qui leur facilitera l’accès. Le nouveau look industriel dépouillé adopté par le réseau rappelle que les stations Karrgreen ont été imaginées pour les professionnels de la route qui souhaitent circuler plus vert. Ces établissements sont toutefois également ouverts aux automobilistes particuliers.

Une batterie de stockage au cœur

Au cœur des stations Karrgreen fonctionnant exclusivement avec des énergies vertes, un premier conteneur qui abrite une batterie d’une capacité de 88 kWh. Elle est reliée au réseau électrique sous le couvert d’un contrat vert E-Pango certifié par un système de garanties d’origine.

Mais elle reçoit aussi et surtout la production des 167 m2 de panneaux photovoltaïques qui sont installés sur l’auvent. Le tout forme une centrale solaire d’une puissance de 36 kWc.

Inauguration station Karregreen de Ploërmel

Cet accumulateur ne sert pas qu’à alimenter la borne de recharge tri-standard 200 kW fabriquée par Cahors en Slovénie. Il fournit aussi l’énergie à toute la station, et en particulier aux 2 distributeurs de bioGNV. Globalement, la batterie est dimensionnée pour faire face aux appels de puissance enregistrés sur le site. La gestion des besoins électriques des stations Karrgreen sera pilotée par une technologie Smart Grid.

Chargeur DC pour 2 VE en simultané

Modulable, le chargeur est pour l’instant doté d’une puissance de 100 kW. Pas si courant : il peut recharger en simultané une voiture équipée d’un connecteur CHAdeMO et une autre avec le standard Combo CCS. Il est également compatible avec la recharge AC 43 kW.

À l’entrée de la station, un totem affiche déjà le tarif qui nous a été confirmé : 0,75 euro le kilowattheure. Ainsi, c’est bien la quantité d’énergie qui est facturée, et non le temps du branchement.

En revanche, le règlement par carte bancaire n’est pas à ce jour accepté dans le réseau Karrgreen pour la recharge des voitures électriques. Le chargeur est inclus au réseau Freshmile. Sont donc acceptés son badge, et ceux des autres opérateurs compatibles selon le principe de l’interopérabilité. Le paiement à l’acte est possible avec smartphone par l’emploi d’un QR Code.

Un autre chargeur DC à proximité

Devoir compter sur un seul chargeur rapide à une étape lors des longs déplacements est toujours périlleux. Aussi bien en raison de la possible affluence pendant les vacances que pour faire face à une panne du matériel.



À Ploërmel, la situation devrait être plus confortable dans quelques semaines, au mieux à partir de septembre. La station Karrgreen est située à la toute proximité de la borne rapide de Ronsouse mise à disposition par Morbihan Énergies. Pour l’instant, ce chargeur est en cours de remplacement, avec une localisation déplacée à quelques mètres.

Inauguration station Karregreen de Ploërmel

Cette configuration est exceptionnelle. Les prochaines stations Karrgreen ne bénéficieront certainement pas d’un tel backup. Les établissements sont cependant conçus pour être évolutifs et s’adapter aux besoins réels mesurés. Si les électromobilistes devaient se présenter massivement, nul doute que d’autres bornes pourraient être mises en place. Il y a suffisamment de place pour cela en tout cas à Ploërmel.

BioGNV

Dans les stations Karrgreen, le gaz naturel délivré sera du bioGNC exclusivement, également certifié par des garanties d’origine, avec Engie. À l’ouverture, 2 distributeurs sont présents, séparés par l’automate de paiement qui, lui, accepte aussi bien les cartes bancaires que les badges de société.

Chacun d’eux est équipé des 2 embouts NGV1 et NGV2, pour des débits respectifs de 4 kg (voitures particulières, utilitaires légers et certains camions et autocars) et 27 kg (poids lourds compatibles) par minute. Des chiffres qui se présentent comme meilleurs que ceux de la concurrence.

Pourquoi ? Parce que le compresseur est placé tout proche des distributeurs. Occupant avec l’unité de stockage le second conteneur, il pousse littéralement le gaz dans les réservoirs des véhicules, gommant les pertes habituelles dues à la distance entre les différents éléments des stations GNV.

8 camions par heure

L’établissement est dimensionné pour avitailler en bioGNC 8 camions par heure. Si les stations Karrgreen mettent le bioGNV à l’honneur (1,30 euro le kg), c’est parce que le réseau a été conçu pour être profitable, dans une boucle d’économie circulaire, aussi bien aux agriculteurs qu’aux transporteurs locaux.

Certains de ces derniers figurent d’ailleurs parmi les « acterres » qui ont soutenu la construction de la station de Ploërmel. Les premiers sont représentés par le groupement coopératif Eureden. Les seconds, par des futurs consommateurs assidus.

Inauguration station Karregreen de Ploërmel

Pour cette première station se sont réunies des entreprises très diverses : des transporteurs locaux de personnes (Linevia et Ferron Voyages), de fret (Denoual Transport & Logistique), un spécialiste des convois exceptionnels (Blueroad), et un autre pour déplacer des animaux vivants (SLT Legal).

1,5 million d’euros

Selon les informations communiquées lors de l’inauguration par Marc Le Mercier, président de Karrgreen Développement, la station de Ploërmel a nécessité un investissement de 1,5 million d’euros, dont 400 000 euros pour le foncier. Et ce, sans aides de l’État.

Le calcul de l’amortissement est effectué en kilomètres, sur 8 ans. L’équilibre est obtenu avec 25 poids lourds qui parcourent annuellement 80 000 km.

Grâce aux 2 conteneurs qui sont livrés tout équipés par camions, les délais pour faire sortir de terre une station multiénergie sont réduits de plusieurs mois.

Et l’hydrogène ?

Pour l’instant, les stations Karrgreen ne délivrent pas encore d’hydrogène. Mais c’est prévu. À Ploërmel, un bout du terrain, en pelouse actuellement, est en attente de ce carburant qui serait aussi obtenu de sources vertes. Un partenariat a d’ailleurs déjà été signé avec la société nantaise H2X Ecosystems.

Inauguration station Karregreen de Ploërmel

L’équipe de Karrgreen assure être pour la complémentarité des énergies. « Il n’y en a pas une qui soit globalement plus pertinente au point de délaisser les autres. Aujourd’hui, pour la mobilité des poids lourds, l’électricité n’est pas adaptée et l’hydrogène n’est pas mûr. Le bioGNV s’impose comme la solution verte déjà disponible. Mais nous ne savons pas comment sera composé le mix énergétique dans quelques années. Peut-être qu’il y aura des solutions éprouvées qui pousseront des transporteurs roulant au gaz naturel aujourd’hui à passer à l’hydrogène dans 5 ans », a commenté Dominique Dubeau, directeur des opérations.