Better place Israel

En Israël, la seule voiture électrique autorisée est la Renault Fluence ZE commercialisée par Better Place. Elle ne peut être rechargée que sur le réseau Better Place, et il est interdit de la recharger chez soi sur son réseau électrique.

Il y a quelques semaines, Better Place a commencé la commercialisation de la Renault Fluence au grand public. Une centaine de Fluences utilisée par des employés de Better Place ont rodé le réseau ces derniers mois. Mais aucune station d’échange de batteries n’est opérationnelle pour l’instant.

Publicité


La Fluence ZE est vendue sans batterie par Better Place, et l’acheteur souscrit à un contrat avec Better Place qui, contre un paiement mensuel, s’engage à lui recharger ou échanger sa batterie. Better Place installe au domicile de l’acheteur une borne reliée au réseau Better Place. Le client ne paie donc pas pour l’électricité consommée.

Les premiers clients de Better Place ont aussi accès à des bornes de recharge installées dans des centres commerciaux et autres lieux publiques. Aucune borne de recharge rapide n’est disponible.

Curieusement, le gouvernement israélien a passé une loi interdisant à un particulier de brancher sa voiture électrique sur le réseau publique, même chez soi à la maison. Et comme Better Place est le seul réseau de recharge en Israel, la firme de Shai Agassi dispose d’un monopole de la voiture électrique. Cela en dit long sur les talents de lobbyiste de Shai Agassi…

Pour l’instant, aucun autre réseau de recharge n’est prévu. Donc pas de Leaf, Volt, Ampéra, i-Miev ou autres voitures électriques en Israel.

Pour ma part, je pense que cela risque de donner une mauvaise image à la voiture électrique, en l’associant avec une restriction des choix du consommateur et un contrôle accru du gouvernement. Soit l’exact opposé de ce que nous promettaient les nouvelles formes d’énergies et les nouvelles technologies.

Crédit photo : Better Place

Publicité