Citroën C-Zero prix

Souvenez-vous, c’était il y a 2 ans déjà : l’opération déstockage organisée par PSA sur les modèles C-zéro et iOn avait fait quelques heureux et fait couler beaucoup d’encre sur le blog. 2 ans plus tard, certaines voitures arrivent sur le marché de l’occasion à des prix parfois très attractifs et un kilométrage rarement supérieur à 25 000 km. La bonne affaire ?

I. Citadine dans l’âme

Les utilisateurs de C-zéro vous le confirmeront tous sans exception : cette petite japonaise a d’abord été conçue pour la ville. Son gabarit atypique, sa batterie de 16 kWh et l’efficacité (très) médiocre de son système de chauffage limite ses capacités routières en dehors des rocades urbaines et des autoroutes urbaines sur lesquelles sur ruent quotidiennement des millions d’automobilistes.



Ce qui ne l’empêche pas d’être capable de répondre parfaitement au besoin quotidien de millions d’automobilistes parcourant moins de 60 km par jour et disposant d’un garage privatif pour la recharge.

II. Le tout électrique à la portée de tous (ou presque)

À moins de 10 k€, cette petite voiture électrique d’occasion constitue indiscutablement une très bonne affaire, notamment en tant que seconde voiture. Comparativement à une voiture à pétrole achetée d’occasion à 6 k€, la C-zéro dispose d’un atout majeur : un coût à l’usage très inférieur à celui de n’importe quelle petite citadine, fût-elle diesel (…).

Dès lors, au bout de 3 ans et 30 000 km, une C-zéro vous fera économiser 2 500 € minimum en carburant (plus encore dans le cas d’une citadine à essence non hybride). En y ajoutant un coût d’entretien réputé faible, le surcoût à l’achat comparativement à une citadine thermique d’occasion est donc amortissable en 3 ans voire moins.

Quant à la revente, si son prix a beaucoup baissé par rapport au prix neuf affiché lors de sa commercialisation, il est peu probable qu’il continue de chuter dans les mêmes proportions étant donné son très faible coût à l’usage et la baisse constante du coût d’un pack batterie (cas d’un remplacement).

III. Changer d’époque sans se ruiner

Comme tous les autres VE récents du marché, la principale vertu de la C-zéro est de permettre à son propriétaire de changer d’époque, sans pour autant se ruiner.

Malgré une ligne pour le moins atypique et des prestations routières limitées, la petite japonaise n’en demeure pas moins un des véhicules les plus efficients du moment. Grâce à son poids limité et à sa surface frontale réduite, elle se classe parmi les VE les moins énergivores du marché. Comptez entre 12 et 15 kWh/100km en moyenne selon l’usage en adaptant sa conduite aux capacités de l’auto. Encore moins en usage exclusivement urbain. Soit 1,50 € environ aux 100 kilomètres pour un rechargement en heures creuses…

IV. Devenir un ambassadeur du VE

Malgré ses faiblesses, cette petite japonaise ne laisse par indifférent. Les amateurs d’auto à pétrole le reconnaissent à demi-mot : sur n’importe quel parcours à dominante urbaine, l’agrément de conduite offert par une C-zéro /iOn est tellement supérieur à celui d’une citadine à moteur thermique que la comparaison s’arrête là. Silence, vivacité, récupération d’énergie à la décélération et au freinage : le futur de la ville, indiscutablement.

Conséquence immédiate : même pour un amateur de belles mécaniques, difficile de ne pas devenir un ambassadeur du VE après avoir parcouru quelques centaines de kilomètres à son volant. Autre conséquence presque aussi immédiate : une fois familiarisé avec l’auto, impossible de ne pas mesurer l’aberration qui consiste à rouler au volant d’un SUV ou autre merveille du genre pour un déplacement de type urbain, seul au volant. L’occasion de rappeler que l’électricité est véritablement l’énergie de la force motrice qu’il est urgent de rendre accessible au plus grand nombre.

Vive le futur sobre & intelligent !



Plus d’infos : Consultez les annonces de Citroën C-ZERO d’occasion et de Peugeot iOn d’occasion

citroen-c-zero-occasion