Des analystes de Bloomberg prédisent que le coût total de possession d’une voiture électrique sera inférieur à celui d’un véhicule thermique à partir de 2022. Une étape clé pour le développement du véhicule électrique qui pourrait représenter 35 % des ventes mondiales à l'horizon 2040.

Réalisé par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), le rapport avance que la chute du prix des batteries sera à l’origine de cette transition qui fera basculer le véhicule électrique vers un marché de masse.

« Les coûts de la batterie au lithium-ion ont déjà baissé de 65% depuis 2010, atteignant 350 $ par kWh en 2015. Nous prévoyons qu’ils seront bien en dessous de 120 $ par kWh en 2030, voire même moins si de nouvelles technologies arrivent sur le marché » souligne Colin McKerracher, principal analyste à BNEF.

Pour parvenir à son calcul, BNEF tient compte de l’ensemble des coûts liés au véhicule, de l’achat initial à l’entretien en passant par le coût de l’énergie, et prévoit une bascule en faveur de la voiture électrique à compter de 2022. Une estimation basée sur l’évolution du coût des batteries mais aussi sur celui du baril de pétrole qui devrait atteindre une moyenne de 50 à 70 $ dans les années 2020. Si son cours est moins élevé, il faudra évidemment plus de temps au véhicule électrique pour gagner en compétitivité.



« Au cours des prochaines années, le coût total de possession restera favorables aux voitures classiques, il ne faut donc pas s’attendre à voir les véhicules électriques dépasser 5 % des ventes dans la plupart des marchés, sauf si les subventions comblent la différence. Ce différentiel de coût pourrait toutefois radicalement changer dans les années 2020 » souligne Salim Morsy, un autre analyste de BNEF.

35 % de parts de marché pour l’électrique en 2040

A l’échelle mondial, le véhicule électrique pourrait atteindre 35 % du marché des voitures neuves, soit environ 41 millions de voitures électriques par an. Un chiffre qui pourrait grimper jusqu’à 50 % dans les scenarii les plus favorables où se limiter à 25 % si le prix du pétrole se maintient à un niveau très bas au cours des prochaines années. Quoi qu’il en soit, la voiture électrique semble bel et bien promise à un bel avenir pour les analystes de Bloomberg.

Quant aux véhicules hybrides rechargeables, leurs ventes devraient continuer de progresser jusqu’en 2030 avant de reculer face à des voitures électriques toujours plus performantes en termes d’autonomie.

Les prévisions de Bloomberg pour la voiture électrique jusqu'en 2040