Henrik Fisker revient sur le marché de la voiture électrique avec un nouveau projet ciblant clairement Tesla et Elon Musk.

Après la faillite de Fisker Automotive en 2013, Henrik Fisker annonce son grand retour sur le marché de la voiture électrique avec une nouvelle marque baptisée Fisker Inc. Le designer danois, qui a notamment travaillé chez BMW et Aston Martin, souhaite lancer une nouvelle berline électrique haut de gamme en concurrence directe avec la Tesla Model S. Le groupe nouvellement crée annonce aussi travailler sur un véhicule plus orienté « mass market » avec un prix de vente inférieur à 35.000 dollars, soit un positionnement équivalent à la Tesla Model 3.

 « Fisker Inc va être à l’origine d’une révolution dans les véhicules électriques, qui va bouleverser le marché et changer le monde », affirme Henrik Fisker qui souhaite oublier l’épisode Fisker Automotive. Lancé en grande pompe en 2008, le constructeur n’avait lancé qu’un seul modèle, une berline hybride rechargeable nommée Fisker Karma, avant de déposer le bilan en 2013 et d’être repris par le groupe chinois Wanxiang qui a aujourd’hui rebaptisé la marque Karma Automotive.

Un lourd passif entre Musk et Fisker

Pour l’heure, Henrik Fisker ne donne pas beaucoup d’information sur cette nouvelle gamme, promettant simplement une batterie à la durée de vie « sans équivalent » et de nombreuses fonctionnalités innovantes.



Une chose est sûre, Elon Musk et Tesla ne doivent pas vraiment apprécier le retour de cet ex-concurrent, d’autant qu’il y a un lourd passif entre le patron de Tesla et Henrik Fisker qui remonte aux débuts du constructeur californien.

A l’époque, c’était en 2007, Elon Musk avait sollicité Henrik Fisker pour travailler sur le design de la Model S. Une collaboration qui s’était avérée difficile entre les deux hommes, Musk reprochant le manque de créativité à Fisker. Surtout, le patron de Tesla avait très mal apprécié le fait que Fisker créée sa propre société l’année suivante, n’hésitant pas à engager une action en justice pour exiger le remboursement des 875 000 dollars d’honoraires versés au designer danois. Un procès qui donna finalement gain de cause à Fisker.