Le lancement d'un nouveau modèle est souvent accompagné de problèmes de qualité. L'entrée dans l'ère du véhicule totalement informatisé peut parfois virer au cauchemar, pour les clients et pour le constructeur.

Il est courant d’entendre dire qu’il ne faut pas acheter un véhicule durant ses premiers mois de carrière pour éviter tous les petits défauts du démarrage. Et si l’informatisation permet en théorie de mettre à jour plus facilement un véhicule pour corriger certains défauts, ces derniers peuvent prendre des proportions sans précédent.

Véritable succès pour Volvo qui en a déjà livré plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires, le petit SUV électrique EX30 a ainsi été touché par des bugs rendant le véhicule tout simplement inutilisable. Les clients ont évoqué des écrans noirs, voire littéralement transformés en brique, des commandes au volant inactives…

À lire aussi Déjà privé de bonus, le Volvo EX30 augmente ses prix

Rappelons que l’écran central est, comme pour la Tesla Model 3, également utilisé pour afficher les informations réglementaires de conduite et que l’EX30 est dépourvu de commandes physiques, hormis les commodos et les commandes tactiles sur les branches du volant.

Un habitacle beaucoup trop épuré

Ajoutons aux problèmes rencontrés l’impossibilité pour certains usagers de charger le véhicule, plutôt problématique pour un véhicule électrique, ou encore des aides à la conduite comme le freinage d’urgence s’activant inopinément… Nous ne parlons donc pas ici de petits bugs qui agacent…

Bien entendu, Volvo s’efforce de corriger les problèmes le plus rapidement possible, mais certains clients n’en peuvent plus. Nos confrères britanniques d’Autocar rapportent ainsi que le constructeur a finalement accepté de reprendre certains véhicules et de rembourser totalement les clients.

Volvo souligne toutefois que la majorité des clients sont très satisfaits de leur véhicule et que cette mesure ne concerne qu’un nombre très limité d’acheteurs.