La voiture électrique adoucit la conduite. Sauf pour certains conducteurs qui n’hésitent pas à mettre en vrac leur Tesla Model 3.

De par leur fonctionnement et leur esprit, les voitures électriques invitent à adopter une conduite plus souple et plus détendue. Et ce, quel que soit leur niveau de puissance. Mais certains conducteurs n’hésitent pas à tout déconnecter, au propre comme au figuré, pour faire fumer leur voiture électrique.

Dernier cas confirmé en date, ce conducteur de Tesla Model 3 qui a décidé de ruiner ses pneus en un temps record et de créer plus de fumée qu’une batterie en feu. Un exercice notamment rendu possible par la puissance généreuse de la berline électrique et de son mode Track, qui libère un peu plus les brides électroniques.



Une pratique qui se répand

Le caractère inutile de la figure se double ici d’un ballet finalement peu technique, qui consiste à imprimer au sol le schéma d’un donut : volant braqué à fond, gaz à fond, et la magie s’opère. Toutefois, la Tesla Model 3 est capable de bien plus.

Il suffit de rechercher les mots clés Model 3 drift sur YouTube pour s’apercevoir que ce conducteur, qui adore regarder la route par les vitres latérales, n’est pas le seul. Et la Tesla Model 3, aussi, n’est pas un cas isolé, puisque le virus de la glisse touche même les SUV : le Ford Mustang Mach-e, le Volkswagen ID.4 et même le Tesla Model Y veulent à tout prix prouver qu’une électrique… peut faire autant de fumée qu’une thermique.