Essayer Un fermier accuse Volkswagen de contribuer au dérèglement climatique ?

Configurez votre véhicule Un fermier accuse Volkswagen de contribuer au dérèglement climatique ou demandez un essai gratuitement.

Un tribunal allemand va devoir juger la plainte d’un fermier à l’encontre de Volkswagen. Il accuse le constructeur de contribuer au dérèglement climatique.

Volkswagen a grandement endommagé son image ces dernières années avec le scandale des émissions du Dieselgate. Mais c’est aujourd’hui une tout autre affaire qui atteint le constructeur, avec une accusation un peu plus étonnante. Un fermier juge en effet Volkswagen responsable du dérèglement climatique dans sa région.

Ulf Allhoff-Cramer, c’est son nom, explique que « les fermiers subissent plus durement que prévu le changement climatique ». Selon lui, le groupe automobile contribue à la pollution en Allemagne, et précisément sur ses terres.

Les premières audiences ont eu lieu, mais le tribunal a demandé à Allhoff-Cramer et ses avocats d’apporter des preuves de leurs allégations. Le lien est évidemment difficile à établir entre ses problèmes de récolte et la responsabilité spécifique de VW.

À lire aussi Voiture électrique : seuls deux constructeurs font leur part pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré

Le constructeur s’est engagé à atteindre la neutralité carbone aussi vite qu’il le peut, à l’horizon 2050. Assurant vouloir respecter les lois européennes en matière d’écologie, il veut faire annuler cette plainte.

« Les litiges devant les tribunaux civils par le biais de poursuites contre des entreprises individuelles, en revanche, ne sont ni le lieu ni le moyen de rendre justice à cette tâche responsable », a déclaré VW. « Nous défendrons cette position et demanderons le rejet de la poursuite. »

Avis de l'auteur

Ces dernières années, Volkswagen a été le reflet de ce que l’automobile fait de pire en matière d’écologie. Le Dieselgate est l’une des pires affaires de l’histoire de l’automobile en matière d’environnement.

Elle aura d’ailleurs coûté approximativement la modique somme de dix milliards d’euros à VW. Dans le même temps, l’entreprise avait aussi été au centre d’un scandale de tests des moteurs polluants sur des singes.

Ce type d’actions sont évidemment inacceptables, et la marque a payé cher ses dérives liées à la pollution. Néanmoins, on peut trouver ici un certain opportunisme dans cette plainte.

C’est un fait indéniable que l’automobile contribue grandement au réchauffement climatique en tant qu’industrie. Mais accuser un seul constructeur d’en être responsable est difficile à justifier.

Le plaignant a certainement voulu profiter de l’image désastreuse de Volkswagen en matière d’écologie. Mais il est peu probable que la plainte aboutisse et que la marque reçoive des sanctions.