Des navettes 100 % électriques sans chauffeur commencent à circuler en milieu urbain.

À l’image de la conduite autonome proposée par certains constructeurs, ou comme certaines lignes de métro, plusieurs expérimentations de transport autonome de passagers en milieu urbain se généralisent en place en France.

L’acteur français EasyMile va débuter avec Trandev, la mise en service d’une navette autonome sur le site industriel d’Ariane Group en région parisienne. Cette expérimentation doit s’étendre sur trois ans. Les premiers tests auront lieu en mars 2021 et le service sera entièrement opérationnel dès 2022. Ces navettes autonomes EZ10 totalement électriques seront testées, pendant la durée du projet, sur un parcours de 2 kilomètres. L’objectif  de cette expérience grandeur nature à terme, est de ne plus avoir d’opérateur de conduite à bord de ces navettes.

Le site d’Ariane Group a été sélectionné parce qu’il est représentatif d’une agglomération. Les navettes sont confrontées à des piétons, des ronds-points, des intersections et des véhicules stationnés. Cet environnement permet de bien préparer le déploiement des futures technologies de conduite autonome en milieu urbain.



Transport autonome de personnes@Archparc

Pour la supervision à distance de cette expérimentation, c’est l’opérateur de mobilité Transdev, qui suit les expérimentations. Tout au long du projet, les partenaires veillent à l’acceptabilité de cette offre de mobilité autonome auprès de la population. Ils étudient la viabilité des business model pour leurs différents services. 

Une solution déjà expérimentée en Suisse

EasyMile a déjà exploité durant quelques mois son véhicule électrique de transport de passagers EZ10 à Saint-Julien-en-Genevois à proximité de Genève en Suisse. 1 000 km, c’est la distance parcourue par la navette ECHOSMILE (c’est son petit nom !) depuis sa mise en circulation le 21 septembre dernier. La navette a circulé au sein du parc d’entreprises ARCH’PARC à Saint-Julien-en-Genevois en Haute-Savoie. 

Avec 7 arrêts à disposition sur le parc d’entreprise, aucun incident affectant la sécurité routière n’est à déplorer. Cette expérimentation de navette autonome s’est avérée concluante. C’est pourquoi les responsables du parc (Arch’Parc) et l’exploitant de la navette (Alpbus-Transdev) ont choisi de poursuivre l’expérience sur les prochains mois.