Grand frère du Toyota RAV4, le Toyota Highlander hybride arrive pour la première fois en Europe de l’Ouest où il vient étoffer la gamme de SUV du constructeur.

Construit sur la plateforme GA-K, le Toyota Highlander était jusqu’ici réservé au marché nord-américain et à certains marchés d’Europe de l’Est. Il débarque désormais en Europe de l’Ouest où il ne sera proposé qu’en motorisation hybride.

244 chevaux

Long de 4,95 m, soit 35 centimètres de plus que le Toyota RAV4, l’Highlander peut accueillir jusqu’à 7 passagers et dispose d’une capacité de remorquage de deux tonnes.

Publicité


Sous le capot, on retrouve un groupe motopropulseur hybride de 244 chevaux de puissance. A transmission intégrale, celui-ci associe un moteur essence 2.5 l à cycle Atkinson à deux moteurs électriques. Répartis entre les trains avant et arrière, ils sont alimentés par une petite batterie Nickel-hydrure placée sous la deuxième rangée de siège.

A l’usage, une commande permet de choisir parmi quatre modes de conduite : ECO, NORMAL, SPORT ou TRAIL. A tout instant, il est possible d’activer le mode 100 % électrique (EV) par l’intermédiaire d’un bouton spécifique. L’autonomie sera toutefois limitée par la faible capacité de la batterie.

Malus obligatoire

Malgré son fonctionnement hybride, le Toyota Highlander n’échappera pas au malus en France. En cycle WLTP, sa consommation moyenne est homologuée à 6,6 l/100 km. Cela équivaut à des émissions de CO2 de 146 g/km, soit un malus de 230 euros selon le barème en vigueur.

Le Toyota Highlander Hybride entamera sa commercialisation en Europe à compter de début 2021. A ce stade, ses tarifs n’ont pas été révélés.

Publicité