Initialement prévue pour 2019, la production du Tesla Semi doit réellement commencer cette année. Selon une lettre du constructeur, les premiers exemplaires seront assemblés au second semestre 2020.

Avec ses 480 à 800 km d’autonomie selon la version, le camion électrique de Tesla offre des performances très attendues. Une vingtaine de grandes sociétés l’ont déjà réservé comme UPS, DHL, Walmart et Pepsi pour un total de plusieurs milliers d’exemplaires et d’importants acomptes versés. Mais concentré sur l’augmentation de la cadence de production de la Model 3 et les soucis de livraison, Tesla a retardé d’un an le programme du Semi. On en sait désormais davantage sur le planning du constructeur.

Dans un courrier adressé aux futurs clients, la firme annonce en effet être « en bonne voie pour produire des volumes limités du Tesla Semi au deuxième semestre 2020 ». Elle fournit également quelques détails sur le développement de son camion électrique. « Au cours des derniers mois, nous avons continué à tester les camions en conditions réelles. Nous avons également passé du temps sur terrain d’essai pour éprouver le camion dans des conditions routières difficiles » explique Tesla.

La marque évoque aussi des tests sur « routes gravement dégradées » et avoir fait subir des « coups de trottoir, nids de poules et autres rudesses » au Semi. Elle affirme que les véhicules « ont jusqu’à présent bien résisté et continuent d’impressionner ». En dehors des essais, Tesla aurait de plus « réussi avec succès plusieurs points important dans le développement technique » du véhicule. La firme de Palo Alto explique qu’elle doit encore réaliser des « tests hivernaux » et travailler sur une « norme pour la recharge des véhicules électriques lourds ». Le Semi doit en effet pouvoir charger à une puissance considérable d’1 MW pour faire le plein de ses énormes batteries en moins d’une heure.