Contraint par les autorités locales de fermer son site de Fremont en raison de l’épidémie de Coronavirus, Elon Musk vient d’annoncer qu’il comptait transférer les quartiers généraux ainsi que les futurs programmes du groupe dans le Texas et le Nevada.

Le patron de Tesla est visiblement très remonté contre les autorités locales. A l’arrêt depuis le 24 mars dernier, l’usine historique de Fremont n’a toujours pas été réouverte malgré les multiples tentatives du constructeur pour relancer la production. En cause : le comté d’Alameda qui bloque toute initiative et ne compte pas laisser rouvrir le site avant le 1er juin.

« Le responsable de la santé non élu et ignorant d’Alameda agit contrairement au gouverneur, au président, à nos libertés constitutionnelles et à notre simple bon sens ! » a déclaré Elon Musk dans un tweet rageur. Indiquant vouloir engager des poursuites à l’encontre du comté, le dirigeant encourage également les actionnaires à déposer un recours collectif.

Direction le Texas et le Nevada

Pour Elon Musk, les dernières annonces du comté d’Alameda ont été la goutte de trop. « Tesla va déplacer immédiatement son siège social et ses futurs programmes au Texas / Nevada » a déclaré le dirigeant.

Ce dernier évoque même la possibilité de fermer le site de Fremont qui emploi aujourd’hui environ 10.000 personnes. « Cela dépendra de la façon dont Tesla sera traité à l’avenir » a t-il averti.

Avis de l'auteur

Centré sur l’atteinte de ses objectifs, Elon Musk a toujours été très critique quant aux mesures prises par les autorités pour stopper l’épidémie de Covid-19. La question est de savoir si les récentes déclarations du dirigeant sur Twitter seront suivies d’effets ou si elles résultent d’un simple coup de sang.

Administrativement, transférer un siège n’est pas chose facile. Quant à la fermeture du site de Fremont, elle semble tout simplement impossible en l’état. Le constructeur ne peut se permettre de se priver de cette capacité industrielle et un transfert s’avère difficilement envisageable. A moins que le futur site de production du Cybertruck ne se transforme en une méga-usine capable d’intégrer la fabrication de l’ensemble des véhicules de la gamme.


Publicité